Voyage de Dimo et Nicolo Stephanopoli en Grèce,: pendant les années V et VI, (1797 et 1798 v. st.) D'après deux missions, dont l'une du Gouvernement français, et l'autre du général en chef Buonaparte

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 184 - République française ne sera point ingrate à l'égard de votre nation : Quant à moi, je recevrai volontiers quiconque viendra me trouver de votre part, et ne souhaite rien tant que de voir régner une bonne harmonie entre deux nations également amies de la liberté. Je vous recommande les porteurs de cette lettre qui sont aussi des descendants des Spartiates.
Page 184 - Citoyen, j'ai reçu de Trieste une lettre dans laquelle vous me témoignez le désir d'être utile à la République française en accueillant ses bâtiments dans vos ports. Je me plais à croire que vous tiendrez votre parole avec cette fidélité qui convient à un descendant des Spartiates. La République française ne sera point ingrate envers votre nation.
Page 75 - Vous le complimenterez de ma part ; vous lui remettrez la lettre ci-jointe, que vous lui traduirez si cela est nécessaire. « Vous me ferez passer , avant de partir de Corfou , tous les renseignemens que vous aurez reçus dans cette partie de la Grèce.
Page 294 - Dans leurs larcins , point de mensonge , point de violence ^ ils en seraient punis par une honte éternelle : du reste, la plus légère fraude entraîne à jamais la perte de la réputation. Accoutumée de bonne heure au désintéressement et à la sobriété., la jeunesse de Maina ignore toute espèce de spéculation pécuniaire. Elle n'attache de prix qu'à l'estime de ses concitoyens et à la vertu, l'unique trésor des hommes libres. FIN DU TOME PREMIER. TABLE DES MATIÈRES CONTENUES DANS CE...
Page 184 - La république française ne sera point ingrate envers votre nation. « Quant à moi, je recevrai volontiers quiconque viendra me trouver de votre part , et ne souhaite rien tant que de voir régner une bonne harmonie entre deux nations également amies de la liberté. Je vous recommande les porteurs...
Page 71 - faut -il pour le continuer? de l'argent? «je vous en fournirai. Mais ce n'est point «assez de porter vos recherches sur les « plantes et les diverses productions des île» « du Levant qui nous appartiennent , il est « une tâche bien plus importante , bien plus « utile que vous pouvez remplir, celle de ré«pandre les semences de la véritable liberté, " « de rendre les enfans de la Grèce dignes de «leurs ancêtres et de la grande nation qui « vient de briser leurs chaînes j peut-être...
Page 291 - L'enfant mâle reste , jusqu'à l'âge de sept ans , sous la direction de sa mère j c'est elle qui lui inspire l'amour de la patrie" , le respect qu'on doit aux vieillards , la discrétion , la fidélité pour ses amis , et sur -tout l'hospitalité en faveur des pauvres et des étrangers. Après sept ans , c'est le père qui se charge de l'éducation de son fils , qui lui fait apprendre à lire et à écrire, l'accoutume aux travaux champêtres afin de fortifier ses membres...
Page 75 - Gentili qui y commande j vous ferez .la recherche des plantes marines , ce qui a été le premier objet de votre départ de Paris. « Vous vous rendrez en Albanie , et vous y resterez quelques jours pour prendre des renseignemeiissur la situation politique des esprits dans cette partie.
Page 290 - Quant à l'accouchée , on lui serre le bas-ventre avec une ceinture , et on lui apporte une bonne soupe. La naissance d'un garçon s'annonce par un coup de fusil que tire le père. A ce signal, tous ses parens et ses amis témoignent leur joie en déchargeant leurs armes à feu. Durant les huit premiers jours après l'accouchement , les parentes rendent une visite à la mère , en lui apportant un présent en comestibles, analogue à la nourriture qui lui convient. Pendant tout le temps qu'elle...

Bibliographic information