Voyage du jeune Anacharsis en Grèce: vers le milieu du quatrième siècle avant l'ère vulgaire, Volume 2

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 80 - Je demeure sans voix. Je n'entends plus ; un voile est sur ma vue ; Je rêve, et tombe en de douces langueurs ; Et sans haleine, interdite, éperdue, Je tremble, je me meurs.
Page 98 - Dans une vie où l'homme privé n'est pas moins admirable que l'homme public, il suffira de choisir au hasard quelques traits qui serviront à caractériser l'un et l'autre. J'ai déjà rapporté ses principaux exploits dans le premier chapitre de cet ouvrage. Sa maison était moins l'asile que le sanctuaire de la pauvreté. Elle y régnait avec la joie pure de l'innocence , avec la paix inaltérable du bonheur au milieu des autres vertus auxquelles elle prétait de nouvelles forces , et qui la paraient...
Page 105 - J'en omets plusieurs qui se sont passés sous mes yeux; et je n'ajoute qu'une réflexion. 'Epaminondas, sans ambition, sans vanité, sans intérêt, éleva en peu d'années sa nation au point de grandeur où nous avons vu les Thébains. Il opéra ce prodige, d'abord par l'influence de ses vertus et de ses talents.
Page 309 - ... de la fureur à la pitié, du découragement à l'insolence, de l'injustice au repentir; mobile surtout et frivole, au point que, dans les affaires les plus graves et quelquefois les plus désespérées, une parole dite au hasard, une saillie heureuse, le moindre objet, le moindre accident, pourvu qu'il soit inopiné, suffit pour le distraire de ses craintes ou le détourner de son intérêt.
Page 308 - L'histoire nous le représente tantôt comme un vieillard qu'on peut tromper sans crainte, tantôt comme un enfant qu'il faut amuser sans cesse, quelquefois déployant les lumières et les sentiments des grandes âmes; aimant à l'excès les plaisirs et la liberté, le repos et la gloire ; s'enivrant des éloges qu'il reçoit, applaudissant aux reproches qu'il mérite; assez pénétrant pour saisir aux premiers mots les projets qu'on lui communique, trop impatient pour en écouter les détails et...
Page 97 - ... si fécond en ressources ; ces plans concertés avec tant de prudence , exécutés avec tant de promptitude ? Comment représenter encore cette égalité d'âme , cette intégrité de mœurs % cette dignité dans le maintien et dans les manières , son attention à respecter la vérité jusque dans les moindres choses, sa douceur, sa bonté , la patience avec laquelle il supportait les injustices du peuple et celles de quelques-uns de ses amis...
Page 98 - ... que le sanctuaire de la pauvreté. Elle y régnait avec la joie pure de l'innocence, avec la paix inaltérable du bonheur, au milieu des autres vertus auxquelles elle prêtait de nouvelles forces , et qui la paraient de leur éclat. Elle y régnait dans un dénuement si absolu , qu'on aurait de la peine à le croire.
Page 132 - ... avec impatience le moment où, revêtu des magistratures, il serait en état de déployer son zèle et ses talents; mais les secousses qu'essuya la république dans les dernières années de la guerre, ces fréquentes révolutions qui en peu de temps présentèrent la tyrannie sous des formes toujours plus effrayantes, la mort de Socrate son maître et son ami, les réflexions que tant d'événements produisirent dans son esprit, le convainquirent bientôt que tous les...
Page 134 - Son mérite lui a fait des ennemis : il s'en est attiré luimême en versant dans ses écrits une ironie piquante contre plusieurs auteurs célèbres. Il est vrai qu'il la met...
Page 556 - O mes amis! que le vin coule à grands flots; unissez vos voix à la mienne , et prêtez-vous à la variété des modulations. Buvons , chantons Bacchus ; il se plaît à nos danses, il se plaît à nos chants; il étouffe l'envie? la haine et les chagrins ' : aux grâces séduisantes2, aux amours enchanteurs il donna la naissance. Aimons, buvons, chantons Bacchus.

Bibliographic information