Voyage du jeune Anacharsis en Grèce: vers le milieu du quatrième siècle avant l'ère vulgaire, Volume 7

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 104 - Cette victoire ajoutait un nouvel éclat aux charmes de sa figure. Il a les traits réguliers, le teint beau et vermeil, le nez aquilin, les yeux grands, pleins de feu, les cheveux blonds et bouclés, la tête haute, mais un peu penchée vers l'épaule gauche, la taille moyenne, fine et dégagée, le corps bien proportionné et fortifié par un exercice continuel.
Page 105 - J'interrogeai dans la suite un Athénien qui avait long-temps séjourné en Macédoine. Il me dit : " Ce prince joint à beaucoup d'esprit et de talents un désir insatiable de s'instruire, et du goût pour les arts, qu'il protège sans s'y connaître.
Page 105 - ... et dans les idées. La nature lui donna le germe de toutes les vertus, et Aristote lui en développa les principes. Mais au milieu de tant d'avantages, règne une passion funeste pour lui, et peut-être pour le genre humain : c'est une envie excessive de dominer, qui le tourmente jour et nuit. Elle s'annonce tellement dans ses regards, dans son maintien, dans ses paroles et ses moindres actions, qu'en l'approchant on est comme saisi de respect et de crainte. Il voudrait être l'unique souverain...
Page 106 - ... L'ambition et toutes ces qualités brillantes qu'on admire dans Philippe se retrouvent dans son fils , avec cette différence , que chez l'un elles sont mêlées avec des qualités qui les tempèrent , et que chez l'autre la fermeté dégénère en obstination , l'amour de la gloire en frénésie, le courage en fureur : car toutes ses volontés ont l'inflexibilité du destin , et se soulèvent contre les obstacles '', de même qu'un torrent s'élance en mugissant au-dessus du rocher qui s'oppose...
Page 107 - Homère le plus grand des poètes, ' parce qu'il a immortalisé Achille. Plusieurs traits de ressemblance rapprochent Alexandre du modèle qu'il a choisi. C'est la même violence dans le caractère, la même impétuosité dans les combats, la même sensibilité dans l'âme. Il disait un jour qu'Achille fut le plus heureux des mortels , puisqu'il eut un ami tel que Patrocle , et un panégyriste tel qu'Homère.
Page 39 - La poésie, nous dit ce dernier, a sa marche et sa langue particulière. Dans l'épopée et la tragédie, elle imite une grande action dont elle lie toutes les parties à son gré, altérant les faits connus, y en ajoutant d'autres qui augmentent l'intérêt, les relevant tantôt au moyen des incidents merveilleux, tantôt par les charmes variés de la diction, ou par la beauté des pensées et des sentiments. Souvent la fable, c'est-à-dire la manière de disposer...
Page 106 - Philippe emploie différents moyens pour aller à ses fins ; Alexandre ne connaît que son épée. Philippe ne rougit pas de disputer aux jeux olympiques la victoire à de simples particuliers ; Alexandre ne voudrait y trouver pour adversaires que des rois.
Page 124 - II est vrai qu'ils soutenaient que cette étendue n'est point « matérielle, ni composée de parties, et que les esprits sont « tout entiers dans chaque partie de l'espace qu'ils occupent.
Page 35 - Ils sont tous renfermés dans cette formule : Ne faites pas aux autres ce que vous ne voudriez pas qu'ils vous fissent 2.
Page 124 - ... la troisième pour Dieu. Les Cartésiens ont renversé tous « ces dogmes; ils disent que les esprits n'ont aucune sorte « d'étendue ni de présence locale; mais on rejette leur « sentiment comme très-absurde.

Bibliographic information