Voyage militaire dans l'Empire Othoman, ou, Description de ses frontières et de ses principales défenses, soit naturelles, soit artificielles, avec cinq cartes géographiques, Volume 2

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 303 - ... mitti post terga sagittae, quid loca, quid rapidi profuit usus equi, Parthe ? refers aquilas, victos quoque porrigis arcus : pignora iam nostri nulla pudoris habes.
Page 210 - ... de long sur trois à quatre de large et environnée de tous côtés par des montagnes brunes et arides. On se croirait perdu dans un bassin sans issue : on en sort cependant vers l'est, en gravissant par plusieurs détours des hauteurs très-escarpées ; et après une marche pénible de près d'une heure , on descend au bourg ruiné de Rartanleh, habité, seulement pendant l'hiver, par quelques familles de Turkmans nomades.
Page 335 - L'isthme, qui l' attache au continent, est un sable mêlé de coquilles et d'autres matières rapportées: mais la péninsule est un roc presque nu, préque memorabilis, facilius societatem Alexandri acceptura videbatur, quam imperium.
Page 595 - Elle montrera sous son véritable jour la trempe de son esprit , l'étendue et la profondeur de ses vues. « Mais il ne faut point imiter, dans cette colonisation , les peuples barbares qui conquirent l'empire romain , et qui établirent dans les pays conquis une hiérarchie féodale , pour soumettre le peuple vaincu au peuple vainqueur ; c'est ce système 'd'invasion , qui amena le servage européen. Il ne faut pas non plus imiter les peuples modernes qui ont conquis l'Amérique pour agrandir leur...
Page 408 - Le citoyen Berthollet pense que la formation de la soude est due à la décomposition 'du sel marin opérée par le carbonate de chaux que l'on retrouve dans la terre humide où se fait cette décomposition. La présence de l'humidité est absolument nécessaire pour la décomposition du sel marin, et l'on a vu qu'elle ne manquoit pas. Quant à la pierre calcaire , elle est en grande abondance entre...
Page 111 - ... ces trois armes les oblige de se soulever pour s'en servir avec succès. Les Arabes, comme tout le monde sait, font la guerre en attaquant et en fuyant. Leur position en selle leur donne la facilité de se courber sur le cou de leur jument, pour éviter la lance et le javelot.
Page 602 - Turcs, unis entre eux sous les mômes formes de gouvernement, en accordant à chacun d'eux les mêmes droits, et en leur donnant les institutions européennes les plus propres à les leur garantir. l'on trouvera , dit-il , sur le plus beau sol et sous le plus beau ciel de l'Europe, deux peuples également propres à être civilisés , l'un doué de tout l'esprit et de toute l'imagination des anciens Grecs , l'autre de toute la force et de toute la bravoure des peuples du Nord, et auxquels il ne manque...
Page 210 - ... un vieux portique de granit noir, auquel les gens du pays donnent le nom de Ka raKapou ou de Porte noire. Ce portique est soutenu par des arcades peu élevées et parait être un fragment d'un ouvrage de fortification, construit jadis pour défendre le passage. Des qu'on l'a franchi, le défilé s'ouvre peu à peu, et l'on débouche à un mille de là, dans une petite plaine, d'environ deux milles de long sur un mille de large au plus, bornée au sud par le golfe...
Page 394 - ... transparente qu'elles tiennent du volume immense d'air qui les environne ; c'est une particularité que leur donne sur tous les autres monuments la supériorité extraordinaire de leur élévation; la grande distance d'où elles peuvent être appercues les fait paroître diaphanes, du ton bleuâtre du ciel, et leur rend le fini et la pureté des angles que les siecles
Page 257 - Tantôt le voleur a le dessus, garrotte le laboureur et emmène son attelage; tantôt le laboureur 7 est victorieux, lie au voleur les mains derrière le dos, l'attelle à son char à côté des bœufs et le fait marcher ainsi devant lui. « Un Mysien vint après : il tenait un bouclier de chaque main. Quelquefois il s'en servait, comme pour se défendre à la fois contre deux ennemis, d'autres fois comme s'il n'y en avait qu'un seul : souvent il tournait rapidement sur lui-même et faisait le saut...

Bibliographic information