Voyages au bout du possible: Les théâtres du traumatisme de Samuel Beckett à Sarah Kane

Front Cover
Klincksieck, 2006 - English drama - 229 pages
Les pièces dont il est question ici s'inscrivent toutes dans un espace apocalyptique, jailli des spectres d'Auschwitz. Elles posent la question de l'art et de la représentation après la Shoah : tout l'univers pue le cadavre, écrit Beckett dans Fin de partie. Cette affirmation ne cesse de ricocher, attestée par les génocides récents. Poèmes barbares, ces pièces ne parlent pas d'Auschwitz, elles parlent Auschwitz. Théâtre de la cendre, théâtre de toutes les cruautés, une dramaturgie du désastre s'élabore qui dit ce que l'homme a de plus humain : son inhumanité. Dans leur beauté plurielle, ces œuvres sont autant d'éclats qui tentent de dépasser cette aporie éthique et esthétique. Elles s'engagent dans une redéfinition des genres théâtraux, et en particulier de la forme de la tragédie devenue obsolète : la Catastrophe devient épiphanie. Les voix qui résonnent sur la scène anglaise contemporaine tentent sans cesse de reconquérir la parole : le théâtre fait le deuil de son deuil.

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Remerciements
7
Samuel Beckett et la mise en place dune dramatur
25
Laughter de Peter Barnes cap au rire
47
Copyright

3 other sections not shown

Common terms and phrases

Bibliographic information