(XXIII, 424 p.)

Front Cover
chez J. J. Paschoud, 1809
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 15 - Nous sommes donc en état de prononcer, en partant de l'état actuel de la terre habitée, que les moyens de subsistance, dans les circonstances les plus favorables à l'industrie, ne peuvent jamais augmenter plus rapidement que selon une progression arithmétique, «... La race humaine croitrait comme les nombres 1.
Page 34 - ... 3. Ces obstacles particuliers, et tous ceux qui, arrêtant le pouvoir prépondérant, forcent la population à se réduire au niveau des moyens de subsistance, peuvent tous se rapporter à ces trois chefs, la contrainte morale, le vice et le malheur.
Page 10 - Nous pouvons tenir pour certain que, lorsque la population n'est arrêtée par aucun obstacle, elle va doublant tous les vingt-cinq ans , et croît de période en période selon une progression géométrique.
Page 24 - Le libertinage, les passions contraires au vœu de la nature, la violation du lit nuptial, en y joignant tous les artifices employés pour cacher les suites des liaisons criminelles ou irrégulières, sont des obstacles privatifs qui appartiennent manifestement à la classe des vices.
Page 17 - ... assigner. Dans cette supposition même, le principe de population, de période en période, l'emporte tellement sur le principe productif des subsistances, que, pour maintenir le niveau, pour que la population existante trouve des aliments qui lui soient proportionnés, il faut qu'à chaque instant une...
Page 6 - S'il cède à cette juste crainte, c'est souvent aux dépens de la vertu. Si au contraire l'instinct l'emporte , la population croît plus que les moyens de subsistance. Mais dès qu'elle a atteint ce terme, il faut qu'elle diminue. Ainsi, la difficulté de se nourrir est un obstacle toujours subsistant à l'accroissement de la population humaine : cet obstacle doit se faire sentir partout où les hommes sont rassemblés, et' s'y présenter sans cesse sous les formes variées de la misère et du...
Page 28 - ... terre une quantité de travail plus grande qu'auparavant ; à défricher les terres incultes ; à fumer et améliorer avec plus de soin celles qui sont en culture ; jusqu'à ce qu'enfin les moyens de subsistance arrivent au point où ils étaient à l'époque qui nous a servi de point de départ. Alors la situation de l'ouvrier redevenant moins pénible, l'obstacle mis à la population vient à cesser de nouveau. Et après une courte période, les mêmes marches rétrogrades et progressives ne...
Page 26 - En tout pays, quelques-uns des obstacles que nous avons énumérés agissent avec plus ou moins de force, mais d'une manière constante. Et malgré l'influence de cette action permanente, il ya très peu de pays où l'on n'observe pas un constant effort de la population pour croître au-delà des moyens de subsistance.
Page 5 - Cela est incontestable. La nature a répandu d'une main libérale les germes de la vie dans les deux règnes , mais elle a été économe de place et d'aliments.
Page xi - Malthus a beaucoup circonscrit en mettant en circulation cette vague et insuffisante expression contrainte morale, dont il a encore amoindri la portée par la définition qu'il en donne : « C'est la vertu, dit-il, qui consiste à ne point se marier quand on n'a pas de quoi faire subsister une famille, et toutefois à vivre dans la chasteté.

Bibliographic information