Ypriana: Origines

Front Cover
A. de Zuttere, 1880 - Ieper (Belgium)
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 178 - ... l'amenderont par le jugement des eschevins des nu boines vile devant dites. Et toutes les fois ke eschevin seront semons sour ceste manière de fauseteit, en nule manière ne porront contredire que il ne teingeut chertain jour en une des boines vile devant dites. 28° De toutes autres choses qui appartienent au conte li bourgois d'Ypre tenront plais en le vile d'Ypre pardevant le conte ou pardevant celui que li cuens aura mis en son liu pour tenir sa justice, et il responderont dc toutes choses...
Page 335 - Se li eschevins sont semons del conte ou del menistre le conte sour aucune chose quil aient fait sans jugement, li cuens les puet constraindre par le jugement des eschevins des autres quatres boines...
Page 335 - C'est a savoir de Gand, de bruges, de ypre, de lylle et de doway, u contens, u de'bas meust dou corps de lune des chiunc boines villes a lautre...
Page 40 - Le sujet est aride, nous ne saurions nous le dissimuler. Comme le disait fort bien un bel esprit du siècle dernier, les mots sont comme les cloches auxquelles on fait dire tout ce que l'on veut. L'étymologie, prétendait Voltaire, est une science où les voyelles ne sont rien et les consonnes fort peu de chose ; mais à plus de cent ans de distance, un des plus grands esprits que notre siècle ait enfantés, Littré, disait à son tour « que l'étymologie est la racine par laquelle les langues...
Page 312 - Quant eschevins entendent par boine gent dou commun de le vile d'Ypre que aucuns estatuts soit pourfitable à la communité de le vile , et il leur semble par leur serment que ce soit commun pourfit de le vile , li sires idoit mettre son assent ou chieus ki sera en son liu doit mettre son assent à ce que eschevins peuent faire cel estatut et faire criier par le baillu ou par le castelain avoec eschevins sour tel paine quil leur semblera raison.
Page 153 - ... autre rapidité que dans le reste du pays; les comtes trouvaient dans les bourgeois un appui souvent plus solide que celui de leurs vassaux; les bourgeois combattaient pour leurs propres intérêts lorsqu'ils aidaient leur prince à repousser les ennemis du dehors; leurs caisses lui étaient constamment ouvertes dans ses besoins.
Page 56 - Id.,I,p. 148. dements de toutes les relations sociales qui se sont développées par la suite et, en même temps que les normands cessent d'inquiéter la Flandre, les villes commencent à s'élever. On assigne déjà à l'époque si courte du règne de Baudouin III...
Page 153 - La conduite de ces princes était dictée par une saine politique; le commerce et l'industrie, stimulés et protégés par les gildes et corporations, avaient promptement enrichi les habitants des villes qui n'auraient pu obtenir ce résultat sans liberté ni sécurité... Les comtes...
Page 166 - LX liv. et li eschevin peuent abattre se maison se li meffais est fais sur eschevins ; et se le peuent eschevins mestre en respit mes il ne le peuent mie del tout pardonner se chou nest par le volonté le conte. 2° Et se aucuns asaillist autrui en sa maison dont plainte soit faite, li eschevin et li justice le conte iront regarder la maison et se li eschevin peuent apercevoir lasaut , chil de qui li clams est fais doit estre semons , et se chieus se presente devant eschevins et il peuent entendre...
Page 103 - ... barons et de son conseil, il décide que dorénavant on ne paiera rien pour un bateau chargé de foin, d'herbe, de paille, ou de joncs; pour chaque bateau chargé de tourbes, de choux, de poireaux, d'aulx ou d'autres légumes, on paiera une obole; pour chaque bateau chargé de vin, de miel, de bierre, de froment, d'avoine, d'orge, de pois, de fèves, de fer, de cuivre, d'étain, de plomb, de bois de construction ou d'autres marchandises de cette espèce, on paiera un (1) M.

Bibliographic information