Yvain (Der Löwenritter)

Front Cover
M. Niemeyer, 1902 - Arthurian romances - 249 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Popular passages

Page 56 - L'esposa et firent les noces. Assez i ot mitres et croces; Car la dame i avoit mandez Ses evesques et ses abez. Mout i ot joie et mout leesce, 2160 Mout i ot jant et mout richesce Plus que conter ne vos savroie, Quant lonc tans panse i avroie.
Page 38 - D',ore androit' ai je dit que sages; Que fame a plus de mil corages. Celui corage, qu'ele a ore, Espoir changera ele ancore, — Ainz le changera sanz , espoir', 1440 Si sui moût fos, qui m'an despoir.
Page 9 - Va, car me di, se tu es buene chose ou non!» 330 Et il me dist: «Je sui uns bon.» «Ques hon ies tu?» — «Tes con tu voiz. Je ne sui autre nule foiz.
Page 72 - Qne sans et parole li faut. Et la dameisele avant saut, Si li oste l'anel del doi, Puis si comande a Deu le roi Et toz les autres fors celui, 2780 Cui ele leisse an grant enui. Et ses enuiz tot ades croist, Quanque il ot, tot li ancroist, Et quanqu'il voit, tot li enuie.
Page 43 - Mes une folor a an soi Que les autres fames i ont Et a bien pres totes le font, Que de lor folies s'ancusent Et ce qu'eles vuelent refusent.
Page 1 - Artus, li buens rois de Bretaingne, La cui proesce nos ansaingne, Que nos soiiens preu et cortois, Tint cort si riche come rois A cele feste, qui tant coste, Qu'an doit clamer la pantecoste.
Page 99 - Oïl, s'il vos vient a pleisir; 3840 Mes le celer et le teisir Devriiez miauz assez voloir. Chose, qui vos face doloir, Ne vos dirai je ja mon vuel. Leissiez nos feire nostre duel, 3845 Si n'an metez ja rien au euer!
Page 10 - Assez ai quis et rien ne truis." „Et que voldroies tu trover?" „Avantures por esprover Ma proesce et mon hardemant. Or te pri et quier et demant, 365 Se tu sez, que tu me consoille Ou d'avanture ou de mervoille.
Page 9 - N'an autre leu por nule chose, 340 S'ele n'est liiee ou anclose." „Je gart si cestes et justis, Que ja n'istront de cest porpris.
Page 138 - Une pucele devant lui An un romanz, ne sai de cui. Et por le romanz escouter S'i estoit venue acoter Une dame, et c'estoit sa mere, 5370 Et li sires estoit ses pere, Si se pooient esjoïr [5363.

Bibliographic information