Archives de physiologie normale et pathologique

Front Cover
Masson et cie., 1868 - Pathology
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Common terms and phrases

Popular passages

Page 392 - ... intenses, il se produit en outre une exsudation séro-fibrineuse à laquelle se trouvent mêlés, en proportion variable, des leucocytes, et qui peut devenir assez abondante pour distendre la cavité synoviale. Les cartilages diarthrodiaux, les parties ligamenteuses n'ont paru jusqu'ici présenter aucune lésion concomitante, du moins appréciable à l'œil nu. Par contre, les gaînes qui, bien à tort, est souvent rapportée îi une alTeclion rhumatismale.
Page 649 - ... connaissance; on constate alors une paralysie complète de la sensibilité et du mouvement au membre supérieur gauche. Le lendemain seulement le membre inférieur gauche paraît un peu paralysé. La malade meurt 7 jours après l'attaque. A l'autopsie, on trouve un caillot sanguin du volume d'une noisette dans l'épaisseur de la couche optique droite. Ce caillot, qui intéresse l'étage supérieur du pédoncule cérébral droit, a déchiré la face supérieure de la couche optique, ce qui a permis...
Page 176 - ... faut donc distinguer les effets de l'irritation de la moelle épinière et des nerfs, de ceux de la paralysie ou simple cessation d'action de ces parties; en d'autres termes, il faut distinguer les effets de l'action morbide de ceux de l'absence d'action.
Page 174 - ... ligne médiane. Le trajet de la plaie était oblique de droite à gauche et légèrement dirigé de bas en haut. Le premier jour, on observa une paralysie motrice complète des deux membres inférieurs, de la vessie et du rectum. A gauche, la sensibilité du membre abdominal était évidemment exagérée ; à droite, au contraire, elle était très-obtuse.
Page 81 - La carie a deux périodes bien distinctes : Dans la première, les corpuscules osseux subissent la régression graisseuse, sans qu'il y ait eu le moindre phénomène inflammatoire. Dans la seconde, les trabécules osseuses frappées de mort dans leurs éléments cellulaires forment autant de petits corps étrangers, et autour d'eux se détermine une inflammation suppu1 Ranvier, Aller, des cartilages dans les tumeurs blaiicltes; Bull.
Page 92 - ... trabécules osseuses sont rongées comme dans l'ostéite. Ce n'est pas seulement autour des granulations que l'on observe ces phénomènes d'irritation, mais encore dans des points qui en sont fort éloignés, de telle sorte qu'il est logique de supposer que l'irritation formative a devancé l'apparition des granulations.
Page 165 - Jamais, même le premier jour, cette affection ne s'est accompagnée d'accidents généraux, de fièvre ou de troubles gastriques. La malade a continué à manger comme d'habitude. La tuméfaction était, comme on l'a dit, surtout prononcée au genou et elle s'étendait de là à la partie inférieure de la cuisse et à la partie supérieure de. la jambe. Le médecin consulté à cette époque aurait constaté à plusieurs reprises l'existence d'une grande quantité de liquide dans la cavité articulaire....
Page 174 - ... assez considérable pour éloigner la rotule des condyles de plus d'un centimètre. La partie postérieure du membre était surtout infiltrée. Le treizième jour, on remarqua sur la fesse droite une eschare assez profonde pour intéresser une bonne partie du derme. La paraplégie ne l'ut que temporaire ; le mouvement reparut à droite, assez rapidement, et beaucoup plus tard à gauche.
Page 308 - Ce n'est pasà la région sacrée, ainsi que cela a lieu si communément dans les cas d'affection spinale, qu'il se dévelope, non plus que sur un point quelconque des parties médianes, mais bien vers le centre de la région fessière.
Page 308 - ... c'est-à-dire à 4 ou 5 centimètres environ en dehors du sillon interfessier, et à 3 ou 4 centimètres au-dessous d'une ligne fictive qui partirait de l'extrémité supérieure de ce sillon en suivant un trajet perpendiculaire à sa direction. Enfin, la mortification du derme se produit sur ce même point, et elle s'étend rapidement en largeur, si les jours du malade se prolongent ; mais il est assez rare, en somme, que le décubitus aigu des apoplectiques parvienne jusqu'à l'eschare confirmée.

Bibliographic information