Mélanges de numismatique

Front Cover
Librairie numismatique de Rollin et Feuardent, 1861 - Coins, Ancient - 171 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 100 - Avant de terminer ce long article, nous allons tirer quelques conclusions générales qui nous semblent résulter de l'étude que nous venons de faire. 1° L'émission de monnaies des satrapes et des dynastes héréditaires, ainsi que celle des monnaies du roi de Perse à légende grecque, semble commencer à la paix d'Antalcidas, époque où, d'un côté, les Hellènes de l'Asie forent définitivement abandonnés par leurs frères d'Europe, et de l'autre, l'empire persan fut déchiré par une suite...
Page 79 - Deux guerriers debout en face l'un de l'autre ; ils ont l'arc et le carquois sur le dos , et tiennent des deux mains chacun un javelot planté en terre devant eux ; ils sont vêtus de tuniques dont l'étoffe semble couverte d'écaillés ; dans le champ la légende nn , et une lettre isolée qui ressemble à un F grec.
Page 65 - Tarse un centre important de constructions maritimes et d'approvisionnements militaires. Je place donc l'émission de ces monnaies entre les années 378 et 373, plutôt que dans les deux autres occasions où Pharnabaze commanda dans les parages de la Cilicie ; la fabrication et le style de ces médailles, l'absence de toute trace de carré creux , se rapportent parfaitement à cette époque, et la ressemblance parfaite avec celles de Datame, qui fut son collègue et son successeur, ajoute beaucoup...
Page 54 - Astarté portant l'étoile tombée du ciel , qu'elle avait ramassée en Phénicie et consacrée à Tyr. Le cygne est l'oiseau consacré à Vénus , celui qui , sur un bas-relief du Musée de Florence , et sur les médailles de Camarina , transporte la déesse de l'Océan à l'Olympe. Il était aussi consacré au personnage symbolique Adonis, dont l'île de Cypre fut la patrie '.
Page 162 - ... de l'ère chrétienne et se trouvent sur des monuments chrétiens; la première est antérieure de quatre ans à l'établissement définitif de la domination musulmane en Syrie (637) et à la soumission du dernier prince Ghassanide ; les deux autres sont postérieures de quelques années à cet événement, mais ce n'est pas une raison pour les rapporter à une autre ère, l'ère chrétienne, par exemple, comme le voudrait Wetzstein; car il n'ya aucune trace de l'emploi de l'ère chrétienne...
Page 60 - C'est à M. le duc de Luynes que revient l'honneur de lui avoir donné une impulsion nouvelle; et l'ouvrage où il a réuni presque tous les monuments connus de l'Asie Mineure et de la Phénicie restera pendant longtemps la mine où chacun ira puiser des renseignements sûrs et des reproductions exactes des médailles. Le premier il a établi l'existence de monnaies à légendes araméennes frappées aux noms de satrapes persans, et bien que plusieurs de ces attributions aient été contestées avec...
Page 4 - Le droit monétaire était essentiellement un droit municipal , un droit propre à chaque cité, quelque petite qu'elle fût , et par conséquent les monnaies frappées dans chaque ville étaient marquées de types particuliers , et signées du nom d'un magistrat responsable. Si la ville ou...
Page 101 - Le droit monétaire n'était pas dans l'empire persan, ni même dans l'antiquité généralement, l'apanage exclusif du pouvoir politique suprême, comme il l'est de nos jours; c'était un droit inhérent à chaque communauté, petite ou grande, qu'elle fût cité, principauté héréditaire ou satrapie. En fait, ce droit a été exercé pendant tout le cours de la domination persane, concurremment et simultanément avec la monnaie royale, par des villes, par des despotes locaux, par des satrapes...
Page 70 - Le mot ~ l v est écrit en petits caractères dans le coin inférieur du champ à gauche ; et on ne le voit que sur les exemplaires dont le flan est assez large pour reproduire le type en entier. Ainsi la disposition des légendes est identique avec celle des monnaies de Pharnabaze, et l'un des types est absolument le même. Une telle coïncidence, ne peut être fortuite, et il faut en conclure que les pièces de Datame ont été frappées dans des circonstances semblables à celles qui ont motivé...
Page 135 - Homme debout, vêtu d'une tunique courte et serrée à la taille, et d'une chlamyde qui pend par derrière; il est coiffé d'une sorte de bonnet qui lui tombe sur l'oreille ; de la main droite il tient un cep de vigne, et de la gauche un caducée et une corne d'abondance; à ses pieds, une biche. Dans le champ, un astre et un croissant , les mêmes monogrammes que sur la pièce précédente, et la lettre B. — Tétradrachme. Poids, 16Br,99. (De ma collection, pi. IX, n° 2.

Bibliographic information