Petite bibliotheque des théatres: La magie de l'amour

Front Cover
Au bureau [de la Petite bibliotheque des théatres], 1785 - French drama
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 144 - Il a des affaires en tête. Lui voulez-vous quelque chose? LÉLIE. Je ne sais. JOSSELIN. Vous ne savez ? LÉLIE. Non , je ne sais ce que je lui veux ; je ne sais ce que je me veux à moi-même. Je sens bien que je m'ennuie ; et je ne sais pourquoi je m'ennuie. JOSSELIN. C'est que vous êtes un petit indolent , qui n'avez pas l'esprit de jouir des beautés qui se présentent à vous.
Page 96 - Oh ! mieux que lui j'ai calculé le mien. Je ne suis pas si sot.... Suffit.... Je ne dis rien.... Mais ouvrons le poulet du damoiseau Timante; Apprenons ses desseins, et voyons ce qu'il chante. (Il lit.) « Pour punir votre jaloux , je me suis rendu maître « de la maison qui est voisine de la vôtre , où j'ai « trouvé les moyens de me faire un passage sous
Page 104 - Je me comptois toujours compagne de sa couche : Sans amour, il est vrai; toutefois sans ennui, Présumant que tout homme étoit fait comme lui; Mais, loin de me tenir dans cette erreur extrême, A me désabuser il travailla lui-même; Et J'appris...
Page 140 - JOSSELIN. Qu'y at-il de nouveau , monsieur? ANSELME. Je suis dans le plus grand de tous les embarras. Mon . . . Qui est cet homme-là ? JOSSELIN. C'est un honnête paysan qui est en quête de sa femme: elle s'est échappée de chez lui avec une jeune fille; et, pour les retrouver, il est avec une paire de messieurs qu'il va chercher pour venir faire l'essai de votre Coupe.
Page 231 - Comédre , en cinq acres , en vers, représenrée , pour la premiere fois , au Théarre François , le 17 Janvier 1737 ; imprimée , à Paris , la même année , chez l'raulr , pere , in 8o.
Page 17 - Le docteur l'ayant regardé de la tête aux pieds, lui dit pour toute réponse : « Prenez garde, M. de La Fontaine , vous avez mis un de vos bas à l'envers ,
Page 118 - Soulagez-moi ; brisez ce trelrachet maudit. AGATHE Eh bien ! mon fils , eh bien ! je vous l'avois bien dit : De vos malins vouloirs voilà la digne issu'; ; Vous ne seriez pas là, si j'en eusse été crue.
Page 28 - ... véritablement original. Aussi est-il regardé par tous les gens de goût, comme l'un de nos cinq ou six poètes, pour qui le temps aura du respect, et dans les ouvrages desquels on cherchera les débris de notre langue, si jamais elle vient à périr.
Page 169 - J'aime Parrette : alle est ma femme ; et quand alle seroit la femme d'un autre , alle ne me plairoit pas davantage. Je ne sais si je lui plais sincèrement, alle en fait le semblant, du moins : je ne rentre de fois chez moi, que je ne la retrouve tin telle que je l'ai laissée ; il n'ya pas un iota à dire.
Page 60 - S'est rendu l'attaquant : cette superbe ville Prétend brûler nos nefs en présence d'Achille. Vous verrez vos amis sur la terre étendus, Les dieux troyens vainqueurs, les dieux grecs confondus; Cette Troie à son tour plaignant notre misère. Voilà, voilà, seigneur, des sujets de colère. ACHILLE. Vous n'êtes pas réduits encore à cet état. ULYSSE. Et le faut-il attendre?