Flore française; ou, Descriptions succinctes de toutes les plantes qui croissent naturellement en France: disposées selon une novelle méthode d'analyse, et précédées par un exposé des principes élémentaires de la botanique

Front Cover
Desray, 1815 - Botany
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 537 - ... mais elle s'en distingue par sa grandeur et par sa tige droite; les rameaux inférieurs sont un peu couchés, garnis de feuilles plus petites et plus pâles ; les rameaux centraux sont dressés ; les...
Page 51 - B; un voile aranéeux blanc couvre les feuillets dans leur jeunesse et reste pendant quelque temps adhérent au bord du chapeau sous forme de franges blanches et poilues ; ses feuillets sont d'abord blancs, puis un peu roussâtres , puis d'un roux tirant sur le lilas , puis d'un roux vineux, surtout dans la var.
Page 537 - R. arvemi» et proitrata; mais elle s'en dislingue par sa grandeur et par sa tige droite; les rameaux inférieurs sont un peu couchés, garnis de feuilles plus petites et plus pâles ; les rameaux centraux sont dressés ; les aiguillons sont épars, un peu crochus, très-élargis à leur base; les pétioles sont garnis de quelques aiguillons très-courts; les folioles glabres, ovales, pointues, simplement dentées en scie ; les fleurs d'un blanc rosé, grandes, disposées en corymbe ; les...
Page 77 - ... végétation , que j'ai peine à croire à leur identité. Il attaque tantôt la tige à l'aisselle des feuilles, tantôt les fleurs mâles , tantôt les grains mêmes du inays.
Page 51 - Les feuillets sont d'un brun fauve, inégaux, adhérens au pédicule, décurrens du grand côté quand le pédicule est excentrique, rentrant de toutes parts quand il est central. Le chapeau est convexe, charnu, sec, d'un blanc sale ou roussâtre. Il croît en octobre sur les vieux troncs de saule.
Page 48 - ... mais non décurrens sur le pédicule : entre deux entiers , il y en a deux plus petits et inégaux entre eux ; le chapeau est très convexe dans sa jeunesse, puis presque plane, d'un roux fauve, sec, non peluché. On le trouve en automne : on mange le chapeau , et non le pédicule qui...
Page 51 - B sur la terre qui est à leur pied. On le mange à Montpellier , confondu avec plusieurs autres , sous le nom de pivoulade.
Page 547 - Sp. sphœrocarpum, nom qui, comme on sait appartient à un arbuste différent qui n'a point encore été trouvé en France.
Page 410 - ... gorge ouverte et non close ; mais il s'écarte tellement des anarhines par le port, que je n'ose, à l'exemple de Wildenow, le réunir à ce genre ; je laisse donc provisoirement les...

Bibliographic information