Erinnerungen aus Paris im Jahre 1804, Part 1

Front Cover
H. Frölich, 1804 - Paris (France) - 590 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 223 - Jean s'en alla comme il était venu. Mangea le fonds avec le revenu, Tint les trésors chose peu nécessaire; Quant à son temps, bien sut le dispenser : Deux parts en fit, dont il soulait passer L'une à dormir, et l'autre à ne rien faire.
Page 234 - O Parnasse, frémis de douleur et d'effroi! Pleurez , Muses ! brisez vos lyres immortelles ! Toi, dont il fatigua les cent voix et les ailes, Dis que Voltaire est mort, pleure, et repose-toi.
Page 221 - Sans aïeux, sans fortune, sans appui, orphelin dès l'enfance, il entra au service à l'âge de onze ans; il s'éleva malgré l'envie , à force de mérite , et chaque grade fut le prix d'une action d'éclat.
Page 217 - J'ai déjà, sous ton étendard, Perdu de mes membres le quart ; Te voue ici mon restant être. Que si d'un pied marche trop lent pour toi, Point ne défaudrai meilleure aide ; Car pour combattre pour son Roi, L'amour fera voler Sarrede.
Page 211 - Jeune, gente, plaisante et débonnaire, Par un prier qui vaut commandement, Chargé m'avez d'une ballade faire, Si l'ai faite de cœur joyeusement ; Or, la veuillez recevoir doucement : Vous y verrez, s'il vous plaist à la lire, Le mal que j'ai, combien que ' vraiment J'aimasse mieux de bouche vous le dire.
Page 201 - J'aimasse mieux de bouche vous le dire. Votre douceur m'a sçu si bien attraire, Que tout vostre je suis entièrement, Très- désirant de vous servir et plaire , Mais je souffre maint douloureux tourment , Quant à...
Page 202 - J'aimasse mieux de bouche vous le dire. C'est par dangier, mon cruel adversaire Qui m'a tenu en ses mains longuement. En tous mes faits, je le trouve contraire Et plus se rit quand plus me voit dolent. Si je voulois raconter pleinement En cet escrit mon ennuyeux martyre, Trop long serois, pour ce certainement J'aimasse mieux de bouche vous le dire.
Page 207 - J'ai déjà sous ton étendard, Perdu de mes membres le quart : Te voue ici mon restant être. Que si, d'un pied, marche trop lent pour toi, Point ne te faudrait meilleur aide : Car, pour combattre pour son Roi, L'amour fera voler Sarrède.
Page 218 - Dieu tout premier, puis père et mère honore , Sois juste et droit , et en toute saison; : De l'innocent prends en main la raison, Car Dieu te doit là haut juger encore. Heureux qui met en Dieu son...
Page 218 - Il est permis souhaiter un bon prince; Mais tel qu'il est, il le convient porter : Car il vaut mieux un tyran supporter, Que de troubler la paix de sa province.

Bibliographic information