Denkwürdiger und nützlicher rheinischer antiquarius: welcher die wichtigsten und angenehmsten geographischen, historischen und politischen merkwürdigkeiten des ganzen Rheinstroms, von seinem ausflusse in das meer bis zu seinem ursprunge darstellt, Part 3, Volume 7

Front Cover
R.F. Hergt, 1860
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 427 - ... d'environ huit pieds de long, et environ de six à sept pieds de large, là où à l'un des côtés étoit la ville de Châlons pourtraite (peinte) et élevée; et voyoit on les églises, le beffroi où étoit l'horologe, les maisons, la muraille, la tour sur le pont qui va de Châlons à Saint Laurent, où la Saône passe...
Page 449 - Tost du bon duc Philippe de Bourgogne, lequel quand il en fut averti, en pleura moult tendrement, et lui churent les larmes des yeux si très abondamment tout contreval de la face, et en eut le cœur si très étraint, qu'un seul mot de sa bouche ne pouvoit issir. Moult grand deuil en fut mené par tout l'ost, et n'est point à croire les pleurs et regrets que tous faisoient; car à les voir, sembloit à chacun avoit perdu leur meilleur ami. Si est assez...
Page 346 - Us lurent contents et dirent qu'il parlât. Lors Jacquet de Lalain, qui moult joyeux étoit de la réponse à lui faite par les deux seigneurs répondit en leur disant: « Mes très honorés et doutés seigneurs, vérité est que par Maine le héraut avez fait publier en l'hôtel du roi un noble pardon d'armes: c'est à sçavoir unes joutes, qui se doivent faire et commencer en dedans quinze jours prochainement venants: pourquoi, mes très honorés et doutés seigneurs, je vous supplie et requiers...
Page 760 - Fnrstemberg, où se trouvèrent les électeurs de Mayence et de Cologne. Le dîner dura depuis midi jusqu'à neuf heures du soir, au bruit des trompettes et des timbales, qu'on eut toujours dans les oreilles : on y but bien deux ou trois mille santés; la table futétayée, tous les électeurs dansèrent dessus; le maréchal, qui étoit boiteux, y menoit le branle : tous les convives s'enivrèrent.
Page 384 - ... convenir de telle fortune, soit bonne ou mâle, qu'il plaira à Dieu de moi envoyer et donner. « Et ainsi le dirent l'un à l'autre et conclurent ensemble de le ainsi faire.
Page 394 - ... et de tout ce qu'en tel cas appartenoit , et aussi de maison pour le juge , et pour les signeurs : et , le premier samedi de septembre 1449 , fut un pavillon tendu , au bout du grand pont , du costé de Sainct-Laurens , souveraineté du duc de Bourgongne , à cause de sa viscomté d'Auxonne : et...
Page 340 - ... jusques à l'âge de sept ans, et que du tout fut ôté des mains de celles, lesquelles jusques à cet âge l'avoient eu en. garde, le père qui étoit sage et prudent, regarda qu'il étoit en bon âge pour l'endoctriner et faire apprendre. Pourquoi fut le dit enfant baillé à un clerc pour l'enseigner, lequel, en assez bref terme , le rendit expert et habile de bien sçavoir parler, entendre et écrire en Latin et en François, si que nul de son âge ne le passoit. Jacquet de Lalain crut et...
Page 436 - Gantois ainsi eux mettre à défense, se mirent à assaillir le pont. Et là fut le premier qui assaillit le pont, un écuyer de Bretagne, lequel étoit nommé Jean de la Forêt Et pendant le temps qu'on assailloit le pont, qui moult dangereux étoit, une trompette, qui avec eux étoit, trouva un guet sur la rivière de Drosne, par où messire Jacques de Lalain passa, et bien cent homavec...
Page 431 - ... sainte cité de Rome. Auquel banquet la dame de la Fontaine des pleurs envoya aux dames et damoiselles qui là avoient été, notables messagers portants les lettres qui ci-après sont écrites, desquelles la teneur s'ensuit « Honorées dames et damoiselles, tant comme le chérissement de mon cœur peut faire, je me recommande à vous. Et pour ce que j'ai sçu la très noble assemblée de ce joyeux et plaisant banquet, et aussi que je ne sçavois si sitôt on vous trouveroit toutes ensemble,,...
Page 373 - AIvaro de Lune, et le maréchal Pedro de Heras, commis et ordonnés juges d'icelles armes, firent sçavoir aux champions, que nul d'eux ne saillît hors de son pavillon jusques à la tierce fois que les trompettes auroient sonné, et puis quand la tierce fois seroit finie, et non devant, chacun d'eux issît hors de son pavillon ; et ce fut publié à son de trompe, aux quatre cornes du champ. Lors après le cri et défenses faites, comme en tel cas appartient, les haches et épées des deux champions...

Bibliographic information