Mémoires de M. le comte de St. Germain ...

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 330 - Mémoires sur les campagnes d'Italie de 1745 et 1746, auxquels on a joint un journal des mêmes campagnes tenu dans le bureau de M. le maréchal de Maillebois, avec une explication de tous les passages et cols du Dauphiné, versants de Savoie en Piémont. [Par P.-J. Grosley.] — Amsterdam, MM Rey, 1777.
Page 330 - Recueil très intéreflant & d'autan: plus digne de l'attention du Public , qu'il a été formé fur les Originaux , qui fe trouvent au Dépôt de la Guerre de la Cour de France , 12.
Page 330 - Recueil de lettres de SM le Roi de Prufle , pour fervir à l'hifloire de la dernière guerre , on ya joint une relation de la bataille de Rosbach. Leipjîc, 1772. m-ia. dr 5335 Hiftoire fecrette de la Cour de Berlin
Page 115 - Ils font plus habitués au travail, fàvent y mettre plus de méthode &plus d'ordre, s'astreignent davantage aux formes , & n'ayant aucun préjugé ils ne peuvent être entraînés par leurs propres idées; ils font au contraire obligés de recourir aux lumieres des autres. Vous avez la démonftration fous vos yeux dans le département de la Marine. Tel Officier général de Marine qu'on eût choifi pour remplir cette place n'auroit jamais eu la même fàgefiè, ni par conféquent les mêmes fuccès.
Page 54 - ... suffrages. Ce n'est pas que je ne sois persuadé que M. de SaintAuban n'ait des talents et de l'expérience, mais il m'a paru, par tous les mémoires qu'il m'a donnés, qu'il avait le défaut de tous les vieux officiers...
Page 119 - A ces vertus de l'ame il ajoute des talens réels , des connoiffances étendues, une infime^ tion, une érudition immenfe & la pratique non interrompue d'un métier qu'il a toujours fait avec goût & avec plaifir. Un tel homme fera donc d'une reflburce précieufe dans un tribunal femblable, foit feulement comme fimple membre, foit qu'on voulût le charger de fonctions plus importantes. Si l'on perfiftoit à vouloir prendre le Secrétaire d'Etat Raporteur parmi les militaires (ce qui eft abfolument...
Page 196 - Il serait à souhaiter sans doute que l'on pût former les armées d'hommes sûrs, bien choisis et de la meilleure espèce ; mais pour former une armée il ne faut pas détruire une nation, et ce serait la détruire que d'en enlever ce qu'elle a de meilleur. Dans l'état actuel des choses, les armées ne peuvent être composées que de la bourbe des nations et de tout ce qui est mutile à la société.
Page 150 - Le fecond eil deftiné à recevoir des pauvres vieux Soldats, pour les laifler mourir en paix & en tranquillité; il devoit donc être proportionné à cet objet. Mais on leur a...
Page 247 - La peine de mort ne devroit être ftatuée que fur les crimes atroces. Les galeres de terre pour les délits moindres que ces premiers , &, comme le François abhorre les coups de bâtons prefqu'à l'égal de la mort, voilà un grand moyen de le contenir fans le détruire. Ils pourroient être infligés jufqu'à un certain point pour les délits qui ne méritent ni la mort ni les galeres de terre. Mais on allégue contre les galeres de terre la grande dépenfe qu'elles occafloneroient.
Page 227 - ... former de bons Officiers , il feroit du bien de ces Officiers & du fervice en général , de les reverfer dans les corps après quelques campagnes faites dans l'Etat Major , en leur accordant un grade fupérieur s'ils l'ont mérité. De cette façon on formera de grands Officiers.

Bibliographic information