Histoire de la mise en scène dans le théatre religieux français du moyen age

Front Cover
H. Champion, 1906 - Christian drama, French - 304 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 209 - Un rimeur, sans péril, delà les Pyrénées . Sur la scène en un jour renferme des années. Là souvent le héros d'un spectacle grossier, Enfant au premier acte, est barbon au dernier.
Page 259 - En ce lieu se donnent mille assignations scandaleuses, au prejudice de l'honnesteté et pudicité des femmes, et à la ruine des familles des pauvres artisans, desquels la salle basse est toute pleine, et lesquels plus de deux heures avant le jeu, passent leur temps en devis impudiques, en jeux de cartes et de dez, en gourmandises et yvrongnerie... etc., d'où viennent plusieurs querelles et batteries...
Page 74 - ... rendait la loi de l'unité de lieu presque impraticable. Les conjurés ne peuvent pas conspirer contre César dans sa chambre; on ne s'entretient pas de ses intérêts secrets dans une place publique; la même décoration ne peut représenter à la fois la façade d'un palais et celle d'un temple, il faudrait que le théâtre...
Page 193 - Cela mérite d'être souligné, parce que trois ans seulement nous séparent de la défense faite en 1398 « à tous les manens et habitans en la ville de Paris, de Saint-Mor et autres villes de autour Paris que ilz ne facent ne se esbatent aucuns jeux de personages par maniere de farces, de vies de saint ne autrement sens le congié du dit seigneur ou de nous...
Page 241 - Fors que l'ung est blasmé l'aultre loué ; Qui joue bien acquiert bon bruit et fame Qui joue mal est à jamais infame. Il est vrai que chacun se consolait en se disant qu'il avait travaillé à une œuvre pieuse. On célébrait presque la messe sur la scène : « Saint Martin pourra dire la messe toute, mais il ne consacrera point. Puis quant se viendra à la levacion du corps de Dieu, jusques à la poitrine seulement 3 ». Ce qui étonnera celui qui n'est pas accoutumé aux curieuses contradictions...
Page 84 - Sathan au puis et crie moult horriblement et icelluy puis doit estre édifié jouxte le pallour (parloir) de- dessus le portai d'enfer entre iceluy portai et la tour du limbe par devers le champ du jeu pour estre mieulx veu.
Page 131 - Femme je suis, povrette et ancienne Ne riens ne scay; oncques lettre ne leuz Au moustier voy, dont suis paroissienne, Paradis painct où sont harpes et luz Et une enfer où damnés sont boulluz.
Page 206 - était un très beau fils et ressemblait une belle jeune fille ». Plusieurs personnes s'intéressèrent à lui et lui firent faire des études. Il devint chanoine. Cependant, la même ville de Metz avait vu la première actrice de mystère en 1468. Dans un jeu de sainte Catherine, le rôle de la sainte fut rempli par une jeune fille...
Page 114 - L'action y est simultanée comme dans les Mystères et un môme tableau représente sur un même plan, à des places parfois rapprochées, trois moments différents de la même scène. Les conclusions de M. Mâle se trouvent nettement condensées par lui dans les phrases suivantes : « On peut dire de toutes les scènes nouvelles qui entrent alors dans l'art plastique qu'elles ont été jouées avant d'être peintes...
Page 237 - Tant les entrepreneurs que les joueurs sont gens ignares, artisans mécaniques, ne sachant ni A ni B, qui oncques ne furent instruictz ni exercez en théâtres et lieux publics à faire telz actes, et davantage n'ont langue diserte, ni langage propre ni les accents de prononciation décente, ni aulcune intelligence de ce qu'ils disent; tellement que le plus souvent advient que...

Bibliographic information