Paris anecdote

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 122 - Mon voyage est gratuit : quand il y en a pour un, il y en a pour deux, et nous ferons la route payant chacun demiplace comme deux gros enfants au-dessous de sept ans.
Page 98 - . BOULINE. — Collecte. — « Les truqueurs des foires de village font ce qu'ils nomment une bouline, c'est-à-dire une collecte entre eux, et ils chargent un compère de distraire le surveillant, de l'emmener à l'écart, de l'inviter et de le griser. Alors, malheur aux pauvres pétrousquins (particuliers) qui s'aventurent à jouer ! ils sont rançonnés sans merci.
Page 192 - Pour être badouillard, il fallait passer trois ou quatre nuits au bal, déjeuner toute la journée et courir en costume de masque dans tous les cafés du quartier Latin jusqu'à minuit.
Page 206 - ... vitrage. Elle est meublée de deux comptoirs en étain, où se débitent de l'eau-de-vie, du vin, des liqueurs, des fruits à l'eau-de-vie, et toute cette innombrable famille d'abrutissants que le peuple a nommés, dans son énergique langage, du casse-poitrine. En face de ces comptoirs, contre le mur, et fixé par des supports en fer, est un banc de chêne où reposent les consommateurs.
Page 35 - ... les musiciens errants, les joueurs d'orgue, les montreurs de singes et d'animaux vivants ; — il ya là des maisons qui sont de véritables ménageries, — les impresarii de marionnettes y établissent leurs quartiers généraux. Ceux-ci ont importé toute une industrie dans la rue du Clos-Bruneau. Ils y font vivre toute une population, population curieuse, douce, bonne , presque artiste , qui rappelle de loin certains personnages des contes fantastiques d'Hoffmann. Elle est toute employée...
Page 192 - Epicemar pour épicier, Boulangemar pour boulanger, Cafemar pour café, et ainsi de suite. C'était de l'esprit dans ce tempslà.
Page 208 - ... conversation, un lieu d'asile ouvert seulement aux initiés, aux grands habitués, aux buveurs émérites, à ceux qui ont depuis bien des années laissé leur raison au fond d'un poisson de camphre. Trois longues tables et des bancs de bois en composent le mobilier ; les murs sont blanchis à la chaux. L'architecture de ce bouge est bossue, tordue, renfrognée ; on y voit des angles rentrants, des excavations et des proéminences sans motif. Tout cela a l'air d'une réunion de morceaux hybrides,...
Page 158 - Le dix-huit n'est pas un soulier remonté ou ressemelé, c'est plutôt un soulier redevenu neuf : de là lui vient son nom grotesque de Dix-huit ou deux fois neuf. Le dix-huit se fait avec les vieilles empeignes et les vieilles tiges de bottes qu'on remet sur de vieilles semelles retournées, assorties, et qui, au moyen de beaucoup de gros clous, finissent par figurer une chaussure. Cela se vend sans aucune garantie, à la grâce de Dieu.
Page 36 - Ensecréter un bouisbouis consiste à lui attacher tous les fils qui doivent servir à le faire mouvoir sur le théâtre ; c'est ce qui doit compléter l'illusion.
Page 191 - Jeune France, both of whom seem (3g5) to have been strongly influenced by the Byronic tradition : "Les uns, les JeuneFrance, se transformaient en "blasés", en "rêveurs", en "poitrinaires" ; ils étaient marqués du "sceau de la fatalité...

Bibliographic information