Dictionnaire géographique, historique, et statistique des communes de la Franche-Comté: et des hameaux qui en dépendent, classés par département: département du Jura, Volume 3

Front Cover
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 162 - Une mendiante, probablement une fée, s'étant présentée à toutes les portes et n'ayant pu trouver un asile pour la nuit, si ce n'est sous le toit d'un pauvre vieillard, Dieu, pour la venger, noya le village entier et n'excepta que la maison hospitalière, située à l'extrémité. C'est autour de cette demeure patriarcale que se seraient groupées les familles qui ont successivement formé le second hameau de Narlay.
Page 399 - dernier, luy estant en forme de loup-garou, pris « une jeune fille de l'âge d'environ dix ou douze « ans, en une vigne près le bois de la Serre, au lieu
Page 489 - Et non-seulement on chercha ainsi la sécurité, on y vit un moyen de se livrer sans crainte au brigandage, et d'en mettre à couvert les fruits. Parmi les conquérants, beaucoup menaient encore une vie de course et de pillage ; il leur fallait un repaire où ils pussent se renfermer après quelque expédition, repousser les vengeances de leurs adversaires, résister aux magistrats qui essayaient de maintenir quelque ordre dans le pays. Tel fut le but qui fit construire dans l'origine un grand nombre...
Page 551 - Chez les Romains , les familles , une fois vouées à l'état de boucher, y demeuraient forcément affectées, et ne pouvaient plus le quitter ; leur qualité se transmettait de père en fils ; elles formaient donc une classe entièrement séparée du reste de la bourgeoisie.
Page 623 - Les juges, étant en fonctions, porteront l'habit noir, et auront la tête couverte d'un chapeau rond, relevé par le devant, et surmonté d'un panache de plumes noires. Les...
Page 399 - ainsi l'appélerai-je, estant hermite, prist depuis «femme, et n'ayant de quoi sustenter sa famille, « tomba, comme est la coustume des malappris, « en défiance et tel désespoir, qu'errant par les bois
Page 550 - SaintDenis pour prendre part à la fête commune. C'est là qu'on mettait au grand jour les produits de l'industrie que de sombres boutiques cachaient le reste de l'année, ou qu'on y cherchait même inutilement et qui se fabriquaient: ailleurs.
Page 550 - C'était une époque de jouissances, de surprises, de vives émotions : on en attendait l'arrivée avec impatience ; on s'y préparait longtemps auparavant : marchands étrangers et bourgeois, écoliers de l'université, baladins, cabareliers, courtisanes , filous , tous accouraient en foule vers Saint-Denis pour prendre leur part de la fêle commune.
Page 162 - Bataillard, dont nul ne sait le nom, mais dont on dit des choses incroyables, a donné aux eaux du lac la propriété de blanchir le linge sans lessive et sans savon. Les monts majestueux qui dominent les laes du Franois, de Maclus, de Narlay et de Bonlieu ont aussi leur esprit.
Page 318 - Joube, plusieurs sépulcres construits avec des pierres plates qui contenaient des ossements et des débris d'armes rongés par la rouille. On en a retiré, entre autres choses, la lame d'un glaive romain à deux tranchants et une boucle de baudrier. Dans l'enceinte même du prieuré, on voyait encore, au siècle dernier, un espace carré, dont les angles étaient ombragés par quatre vieux noyers. Cette enceinte, toujours considérée comme sacrée, marquait, suivant la tradition, la place qu'occupait...

Bibliographic information