Théories des organisations: approches classiques, contemporaines et de l'avant-garde

Front Cover
Ce livre, qui regroupe des théories élaborées autant dans le monde anglophone que dans le monde francophone, s'adresse à tous ceux et celles qui s'intéressent au fonctionnement et à la transformation des organisations. En plus de présenter un tableau complet de l'évolution des diverses théories, il pose un regard averti sur les apports et les limites de chacune, et fournit un aperçu des derniers développements qui caractérisent ce champ d'études.

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

CHAPITRE 8 LANALYSE SYMBOLIQUE
131
CONCLUSION DE LA PARTIE 2
153
PARTIE 3 LES APPROCHES DE LAVANTGARDE
157
CHAPITRE 9 LA CONSTRUCTION SOCIALE
161
CHAPITRE 10 LES THÉORIES CRITIQUES
179
CHAPITRE 11 LE POSTMODERNISME
199
CONCLUSION DE LA PARTIE 3
217
CONCLUSION GÉNÉRALE
221

CONCLUSION DE LA PARTIE 1
73
PARTIE 2 LES APPROCHES CONTEMPORAINES
77
CHAPITRE 5 LANALYSE SOCIOLOGIQUE
81
CHAPITRE 6 LÉCONOMIE DES ORGANISATIONS
97
CHAPITRE 7 LANALYSE POLITIQUE
111
GLOSSAIRE
231
BIBLIOGRAPHIE
255
INDEX
265
Copyright

Common terms and phrases

Academy of Management acteurs administrative du travail Administrative Science Quarterly analyse approches classiques approches contemporaines approches de l’avant-garde bureaucratie c’est c’est-à-dire cartes cognitives chercheurs Clegg complexité comportement comprendre conception construction sociale contexte contingence contrôle coûts de transaction d’autres d’être d’études d’un d’une début des années décennies définit développement différents dimension discours économie des organisations économique ENCADRÉ entreprises épistémologique expériences de Hawthorne fin des années fonction Foucault gestion gestionnaires groupe individus institutionnelle interactions l'action l'organisation l’analyse stratégique l’écologie des populations l’économie l’entreprise l’environnement l’idée l’individu l’on l’organisation managériale manière marxiste n’est nisations notion organizational paradigme perspective politique postmodernisme prise de décision problèmes processus proposent qu’elle qu’il rationalisation rationalité rationalité limitée rationnelle réalité relations de pouvoir relations humaines ressources résultat s’agit s’intéressant s’intéressent scientifique Selznick sociologie spécifique structurelle subjectivité symbolique technologie théoricien des organisations théorie de l'agence théorie néo-institutionnelle théories critiques théories des organisations theory tion travaux type utilisée vision

Popular passages

Page 14 - Les protestantes furent nombreuses, à la fin des années 1950 et au début des années 1960, parmi les pionnières du Mouvement Français pour le Planning familial8.
Page 82 - ... renouveau aronien» lié à la montée de la génération post-structuraliste, à la fin des années 1970 et au début des années 1980.
Page 107 - Dahl : le pouvoir de A sur B, dit-il en substance, se résume en la capacité de A d'obtenir que B fasse quelque chose qu'il n'aurait pas fait sans l'intervention de A (Dahl, 1957, pp.
Page 95 - Theory of thé firm : Managerial behaviour, agency cost, and ownership structure», Journal of Financial Economies, vol. 3, n° 4, p.
Page 36 - Ici, le même état final peut être atteint à partir de conditions initiales différentes ou par des chemins différents.
Page 86 - Entrepreneurship Theory and Practice, vol. 17, pp. 13-22, 1992. Carroll, GR and J. Delacroix, "Organizational Mortality in the Newspaper Industries of Argentina and Ireland: An Ecological Approach," Administrative Science Quarterly, vol.
Page 23 - Les membres sont rémunérés par un salaire fixe, en monnaie: le salaire varie selon l'échelon hiérarchique. 7. L'emploi dans l'organisation est la seule occupation professionnelle de ses membres. 8. L'emploi constitue une carrière: la promotion se Fait selon le jugement des supérieurs. 9. L'employé n'est ni propriétaire des moyens de l'organisation, ni propriétaire de son poste: il ya séparation entre la fonction et l'homme qui l'occupe. 10. L'employé est soumis à une discipline stricte...
Page 116 - Le pouvoir de A sur B dépend de la prévisibilité du comportement de B pour A et de l'incertitude où B se trouve du comportement de A.

Bibliographic information