Mémoires de la Société archéologique et historique de l'Orléanais, Volume 14

Front Cover
Société archéologique et historique de l'Orléanais, 1875 - Orléans (France)
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 643 - Latran : on y montra longtemps le lit où le saint pape, tout brisé de vieillesse et d'infirmités, aimait à se reposer en exerçant lui-même ses élèves, et le fouet dont il menaçait les paresseux. Mais la musique, la dernière des sept sciences profanes, exigeait la connaissance de toutes les autres, le chant supposait l'intelligence des textes sacrés; en sorte qu'il ne faut pas s'étonner si l'école de saint Grégoire devient le siége LES ÉCOLES.
Page 641 - PRÈS de trois ans après l'an 1000, les basiliques des églises furent renouvelées dans presque tout l'univers, surtout dans l'Italie et dans les Gaules, quoique la plupart fussent encore assez belles pour ne point exiger de réparations. Mais les peuples chrétiens semblaient rivaliser entre eux de magnificence pour élever des églises plus élégantes les unes que les autres.
Page 621 - In quibus diebus quadragesimae accipiant omnes singulos codices de bibliotheca quos per ordinem ex integro legant, qui codices in caput quadragesimae dandi за sunt.
Page 640 - Dieu, et attendirent, transies d'angoisse, que les sept trompettes des sept anges du jugement retentissent du haut du ciel. Le premier jour de l'an 1000, puis tout le mois, puis toute l'année, s'écoulèrent sans que les astres se détachassent du firmament, et sans que les lois de la nature eussent été aucunement interverties ; mais la terreur géné(1) Histoire littéraire, VII.
Page 686 - Le bois de la croix est la bannière de notre chef, celle que suit notre armée. « Nous allons à Tyr ; c'est le rendez-vous des braves ; là doivent aller ceux qui s'épuisent en vains combats pour gagner le renom de chevalerie.
Page 54 - ... de laquelle somme je me tiens pour content et bien paie, et en quicte le dit commis à la recepte et tous autres ; tesmoing mon seing manuel cy mis, le 18e jour d'avril, l'an 1453. DESFOSSEZ. (Original sur parchemin, n» 157 d'une collection de pièces nouvellement acquises par la bibliothèque de Blois.) N° 8.
Page 218 - Hec autem consuetudines, sicut concesse sunt hominibus de Lorriaco, similiter communes sunt hominibus qui habitant apud Corpalez et apud Chantelou et in balliata Herpardi.
Page 299 - L'enseignement des lettres et des sciences dans l'Orléanai-s, depuis les premiers siècles du Christianisme jusqu'à la fondation de l'Université d'Orléans.
Page 549 - conseiller du roy en ses conseils Maistre des requestes » ordinaires de son hostel intendant de justice police et » finances en la généralité de Montauban.
Page 624 - ... d'un temps: elle vient et se retire. Le travail, au contraire, est une loi; il est par conséquent de tous les temps, et celui qui en a fait la condition de l'humanité ne souffre pas qu'il s'interrompe jamais. Cependant on s'arrête avec admiration devant l'âge d'or des littératures, aux courts moments où le rayon d'en haut vient éclairer l'époque de Périclès, d'Auguste, de Léon X. On n'a que de l'indifférence et du mépris pour les périodes difficiles et méritoires qui, d'un âge...

Bibliographic information