Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l'Afrique septentrionale, tr. par le baron de Slane

Front Cover
1854
1 Review
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 67 - Lemtouna , un des peuples qui portait le lilham (voile), habitaient le désert et professaient la magisme; mais, dans le troisième siècle de l'hégire, ils embrassèrent la foi islamique. Ayant alors fait la guerre aux peuples nègres, leurs voisins, pour les contraindre à adopter la vraie religion , ils parvinrent à les soumettre et à fonder un .puissant empire. * (Histoire des Berbères, loin.
Page 426 - Abou-'l-Raca la liberté de tourner ses armes ailleurs, le gouvernement de Tunis éprouva un vif regret d'avoir tardé à faire la paix avec lui. La mort du [sultan mérinide] Youçof-IbnYacoub, qui eut lieu vers la même époque, trompa aussi l'espoir des Tunisiens en les privant du seul allié qui fut capable de tenir le prince de Bougie en échec, et les disposa à souhaiter une suspension d'armes. Leurs envoyés se rendirent à Bougie et négocièrent un traité de paix dont un des articles,...
Page 25 - Abou-'l-Fotouh [-AliJ, il parvint à semer la division parmi eux [et les ramena ainsi à l'obéissance . Il reconnut la souveraineté des Fatemides et reçut de leur khalife des lettres de félicitation et un riche cadeau. Depuis quelque temps il s'était occupé de la construction d'une flotte afin de pouvoir attaquer les chrétiens ; et ayant enfin réuni un grand nombre de navires, il envoya plusieurs expéditions contre les pays de l'ennemi et força les Français, les Génois et les Sardes,...
Page 511 - Ketamiens se joignit à AbouAbd-Allah ; leurs docteurs eurent des conférences avec lui et devinrent ses amis dévoués. Alors il leur déclara que l'imamat appartenait à un membre de la famille [de Mahomet], et il les invita à soutenir la cause de l'agréé (er-rida).
Page 134 - En suivant cette direction, on rencontre successivement plusieurs chaînes de hautes montagnes formant des barrières qui s'élèvent à perte de vue ct aux cîmes desquelles les oiseaux — que dis-je? — l'imagination même ne saurait atteindre*. Entre les crêtes de ces montagnes s'ouvrent plusieurs défilés qui offrent un passage aux .voyageurs et qui renferment des pâturages, des terres cultivées et des bocages semblables à des jardins.
Page 574 - Comme les principaux habitants fmirent par vouloir un raccommodement avec l'Kmir des musulmans, le Mehdi dut prendre des mesures contre eux, et, en l'an 519 (1125-6), il eut recours aux services d'un de ses affidés, Abou-Abd-Allah-el-Ouancherîchi, personnage dont il faisait grand cas. Cet individu avait étudié secrètement le Coran et la jurisprudence sous la direction de son maître; mais, en public, il eut l'air d'un ignorant, et, pour mieux tromper son monde, il avait pris les dehors d'un...
Page 393 - Rebiâ premier (1" juin), il rencontra l'armée d'Abou-Fares à Mermadjenna et, à la suite d'un combat qui dura toute la journée, il la mit en pleine déroute. Abou-Fares lui-même fut lâchement abandonné par ses alliés et mourut les armes à la main. Son camp tomba au pouvoir des vainqueurs, et ses frères furent faits prisonniers et massacrés de sang-froid. L'un, Abd-el-Ouahed, mourut de la main du prétendant ; les autres, Omar et Khaled, ainsi que Mohammed, fils d'Abd-el-Ouahed, périrent...
Page 562 - ... s'étendait depuis Bab-es-Silsela (porte de la chaîne] jusqu'à l'étang nommé Ghadîr-Hamza et à l'endroit appelé El-Djorf (la berge). Ayant raffermi son autorité comme khalife, il confia aux Auréba , soutiens de sa cause , les dignités les plus élevées de l'empire, et, en l'an 197(812-3), il marcha contre les Masmouda et les réduisit à la soumission, après avoir occupé leurs villes. En l'an 199, il entreprit une expédition contre Tlemcen, et s'en étant rendu maître, il fit comme...
Page 58 - El-Hareth, fils d'El-Azîz, et seigneur de Bône, s'enfuit en Sicile, et ayant obtenu quelques secours du seigneur de cette île , il revint prendre possession de la ville qu'il avait abandonnée. Plus tard, il tomba au pouvoir des Almohades et mourut dans les tourments. Avec lui s'éteignit la dynastie des Hammadites. De toutes les tribus issues de Telkata 3 il n'en reste plus une
Page 365 - Mohammed-Ibn-Abi-'l-Hocein, premier ministre de l'empire. Mon père m'a raconté qu'il avait appris du sien que le nombre des chrétiens débarqués, tant officiers que soldats, dépassait six mille cavaliers et trente mille fantassins. Leur flotte se composait de trois cents navires, les uns grands, les autres petits. Il y avait sept grands princes, dont nous pouvons nommer les suivants : le roi Français...

Bibliographic information