Oeuvres de Plutarque

Front Cover
Cussac, 1802
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 431 - ... procurée! Caton d'Utique, ayant persuadé, non sans peine, au philosophe Athénodore de venir avec lui d'Asie à Rome , fut si flatté et si content de cette conquête, qu'il la regarda comme un exploit plus grand, plus éclatant et plus utile que ceux de Luculle et de Pompée qui avaient triomphé des nations et des royaumes de l'orient. Si un étranger, célèbre par sa sagesse, fait tant d'honneur à une ville où il n'est point né, quel relief ne donne point un grand philosophe , un grand...
Page 512 - Outre le danger de ma personne, m'ayant été la pistole plusieurs fois présentée sur l'estomac, et les ordinaires indignités et oppressions que je reçois journellement de ceux d'Auxerre, le tout pour avoir été officier et serviteur du roi ; étant demeuré nu et dépouillé de tous moyens, de manière que je ne sais plus de quel bois (comme...
Page 433 - ... remplie d'amateurs des belles connaissances, parmi lesquels on comptait les plus illustres personnages de la ville, qui allaient entendre ses discours sur les différentes matières de philosophie : car, dans ce temps-là , les premières personnes de l'état , et les empereurs même, se faisaient un honneur et un plaisir d'assister aux leçons des grands philosophes et des rhéteurs de réputation. On peut juger de l'empressement avec lequel ces discours publics de Plutarque étaient écoutés...
Page 424 - Plutarque nous a conservé ce bon mot, que Lamprias disait de luimême , que la chaleur du vin faisait sur son esprit le même effet que le feu produit sur l'encens, dont il fait évaporer ce qu'il a de plus fin et de plus exquis. Plutarque...
Page 453 - ... et d'une âme basse et sordide, qui croit que l'homme n'a de liaison avec l'homme que pour ses besoins et pour sa seule utilité Je sais que, pour rien au monde, je ne me déferais d'un bœuf qui aurait vieilli en labourant mes terres; à plus forte raison ne pourrais-je jamais me résoudre à renvoyer un vieux domestique, en le chassant de ma maison, comme de sa patrie , et en l'éloignant du lieu où il serait accoutumé, et de sa manière de vivre ordinaire...
Page 427 - Il est impossible de dire précisément en quel temps il fit ses voyages. On peut seulement assurer qu'il n'alla à Rome pour la première fois qu'à la fin du règne de Vespasien , et qu'il n'y alla plus après celui de Domitien : car il paraît qu'il fut fixé dans sa patrie peu de temps après la mort du dernier, et qu'il s'y retira à l'âge de quarante-quatre ou quarante-cinq ans.
Page 395 - Rhodes , croient qu'il les eut toutes deux à la fois. Ils disent que les Athéniens, ayant dessein de repeupler leur ville, épuisée d'habitants par la guerre et la contagion, ordonnèrent qu'outre que chacun épouserait une citoyenne, il pourrait procréer des enfants du commerce qu'il aurait avec une autre personne ; et que Socrate , pour se conformer à cette ordonnance, contracta un double mariage.
Page 520 - L'abbé Lebeuf dit de lui, naïvement ou malicieusement « comme notre évêque n'était pas de famille à avoir des armoiries, il fut le premier de son nom qui s'en fabriqua comme il lui plut. » Une « décoration» peinte, qu'on devrait faire disparaître, salit les colonnes qui soutiennent le buste de l'évoque Amyot. Vis-à-vis, de l'autre côté du chœur, un second monument funéraire attire aussi l'attention, bien qu'il ne soit qu'assez médiocre de style : c'est le buste, en médaillon...
Page 517 - Mais ce qui dut consoler les personnes zélées pour le chant grégorien et les autres chants anciens, est que -dans le temps même de ces entreprises, un chanoine, commensal de notre évêque et son économe, inventa une machine capable de donner un nouveau mérite au chant grégorien. Ce chanoine, nommé Edme Guillaume , trouva le secret de tourner un cornet en forme de serpent vers l'an i5go.
Page 436 - Mon fils , dans le rapport que vous allez faire, gardez-vous bien de dire : je suis allé, j'ai parlé, f ai fait ; mais dites toujours : nous sommes allés, nous avons parlé , nous avons fait, en associant votre collègue à toutes vos actions , afin que la moitié du succès soit attribuée à celui que la patrie a honoré de la moitié de la commission, et que par ce moyen vous écartiez de vous l'envie qui suit presque toujours la gloire d'avoir réussi.

Bibliographic information