Histoire de Russie: et des principales nations de l'Empire Russe, Volume 1

Front Cover
Fournier, libraire, rue Poupée, no7; Ferra, libraire, rue des Grands-Augustins, no 11., 1812 - Russia
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 267 - ... eut lâché la bride à la licence. Les Grands, qui ne voyaient ces désordres qu'avec peine, n'y trouvèrent pas de meilleur remède que de renoncer à l'ordre établi pour la succession. Ils élurent le fils de Vsévolod, ce Vladimir, qui s'était rendu si célèbre sous le dernier règne, et qui est distingué par le 'surnom de Monomaque, parce que sa mère était fille de Constantin Monomaque, empereur de Constantinople. L'influence qu'il avait depuis long-temps dans les affaires les plus...
Page 65 - ... et la preuve en était sensible , c'est qu'après avoir laissé ce cheval bien net et bien attaché à son râtelier, on le trouvait souvent le lendemain couvert de sueur et de boue.... Pour tirer les présages , on disposait des lances dans un certain ordre prescrit et à une certaine hauteur; à la manière dont le cheval du dieu sautait pardessus ces diverses rangées de lances, on jugeait les événement favorables ou sinistres , etc.
Page 310 - L'alïïuence du peuple qui remplit les rues arrête sa course; il est forcé de prendre un autre chemin, perd du temps, et les meurtriers le préviennent. Igor était aux autels où l'on célébrait la messe; ils oublient qu'il fut leur Souverain, le prennent par les cheveux, et le traînent jusqu'au portail.
Page 328 - Mais il se contentait du titre, ou du moins il ne faisait que donner de sages conseils, et voulait qu'un autre prince plus ferme, plus actif et plus guerrier, fût chargé de l'exécution. Il avait près de lui Mstislaf, fils du dernier prince; mais l'un n'eut pas même l'idée de s'asseoir sur le trône, ni l'autre celle de l'y placer: tant était regardé comme sacré l'usage qui adjugeait la succession, non pas au fils du Souverain, mais à son frère ou au prince le plus âgé de la maison, régnante....
Page 169 - Cependant, depuis six mois que la ville était assiégée , Vladimir n'avait fait aucun progrès : il était même menacé d'être obligé de lever le siège et peut-être n'eùt-il jamais été chrétien. Mais un citoyen perfide, quelques-uns disent que c'était un prêtre, lie un billet autour d'une flèche et la lance du haut des remparts. Les Russes apprennent par cet écrit, que derrière leur camp, est une fontaine, qui, par des tuyaux souterrains, fournit seule de l'eau douce aux assiégés....
Page iii - Quatrième édition, revue et augmentée d'une Vie inédite de Catherine II, par l'auteur, continuée jusqu'à la mort de Paul Ier et publiée avec des notes par MM.
Page 311 - Vladimir alla lui-même enlever le corps du malheureux prince et le fit inhumer le lendemain. Le peuple assista à ses funérailles : ce même peuple, qui l'avait massacré dans sa fureur, versa des torrens de larmes et poussa des cris lamentables à son enterrement...
Page 71 - L'Histoire suivie de l'Empire de Russie ne remonte qu'au neuvième siècle ; mais une tradition consignée dans les plus anciennes Chroniques place dans le cinquième la fondation de Kief et celle de Novgorod. Le plan de notre historien embrasse toute la suite des souverains de...
Page 135 - Je vais me rendre auprès de vous, leur » fit-elle dire. Préparez une grande quantité » d'hydromel dans l'endroit où vous avez tué, » mon époux, afin que je pleure sur son « tombeau et que je célèbre la trizna en son
Page 310 - Il saute de cheval, écarte le peuple » d'abord étonné , et couvre Igor de son manteau. » Il lutte seul contre des furieux qui lui disputent » leur victime... En attaquant, en défendant Igor, » en se l'arrachant tour à tour, on parvient jusqu'au » palais de la mère du prince régnant. Un nouveau » protecteur de l'infortuné se présente ; c'est un » prince nommé Michel (MiKhaël) ; réuni à Vla» dimir , il pousse Igor dans la cour du palais.

Bibliographic information