Voyage de mons. Olof Torée, aumonier de la Compagnie suedoise des Indes orientales: fait à Surate, à la Chine &c. depuis le prémier avril 1750. jusqu'au 26. juin 1752

Front Cover
Chez les Freres Reycends, 1771 - China - 92 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 90 - ... pour un fervice rendu . Comme on peut ne point accepter ce fervice , il n'ya pas d'obligation véritable de payer. On eft libre encore, ainfi qu'avant l'établiffement des poftes, d'envoyer fes lettres par fes gens , par un exprès , par le .' moyen de les amis , fi cela paroit plus commode ou plus fur . Q. Ne regardent-ils pas au moins comme une taxe, les règlemens faits l'an paffé, touchant les Poftes?
Page 84 - ... que les habits qu'ils portent, foient ufés, ils feront venus à bout, de s'en procurer d'autres de leur propre fabrique. Q., Pourront-ils trouver une quantité fuffifante de laine dans L'Amérique feptentrionale ? R. Ils ont pris des mefures pour en accroître la quantité : ils font convenus généralement entr'eux de ne plus manger d'agneaux & en effet on en tua fort peu l'an dernier . S' ils continuent , dans peu la quantité de laine fera accrue prodigieufement.
Page 93 - On a déja banni, d'un commun confentement , l' ufage des ajuftemens dont on fe fervoit dans les deuils, & on en a renvoyé pour plufieurs milliers de livres Sterlings, parce qu'on n'en trouvoit pas le debit. Q. Eft-il de l'intérêt des Amériquains de fabriquer leurs draps chés eux? R. Je penfe , que pour le préfent , ceux qui voudroient les avoir d' auffi belle qualité , auroient meilleur marché de les tirer d'Angleterre: mais fi l'on pèfe d'un autre côté les obftacles , doit leur commerce...
Page 40 - On ne leur donne d'abord que peu de chaleur ; on l'augmente peu-à-peu, jufqu'à ce qu'elle devienne affez_ forte pour faire éclorre les œufs. Si quelquefois on augmente trop la chaleur , les jeunes canards fortent trop tôt, & meurent ordinairement au bout de trois ou quatre jours. On vend les jeunes canards éclos de cette manière à ceux qui les élèvent: ceux-ci éprouvent de la manière...
Page 84 - ... ne plus manger d'agneaux & en effet on en tua fort peu l'an dernier . S' ils continuent , dans peu la quantité de laine fera accrue prodigieufement. Au refte , comme ils n'ont pas l'intention d'en faire une branche de commerce extérieur, ils n'auront pas befoin d'établir de grandes...
Page 4 - Amériquain rencontra un jour une jolie femme affile fur une colline : après qu'elle lui eut fait connoitre fon refpecl , par une profonde inclination , elle lui dit qu'elle venoit d'en haut , & lui ordonna de revenir l'année fuivante à cette colline . Il exécuta fon ordre , & la retrouva affife à la même place : à fa droite étoit du maïs , à fa gauche des fèves , & devant elle du tabac. C...
Page 95 - Sous-diftributeurs , capables de répondre, qui vouluffent, pour un mediocre profit, encourir la haine du peuple , & s' expofer au danger que leur attireroit cet emploi : & quand on pourroit en trouver , il me paroit impraticable de protéger les papiers timbrés dans tant de lieux fi éloignés les uns des autres . Q. Mais au moins dans les lieux , où il pourra être protegé , le peuple n...
Page 77 - N'avés vous point été rembourfés par le Parlement? R. On ne nous a rembourfé que ce qu' on a imaginé furpaffer nôtre part de la contribution ; ou plutôt , on ne nous a rendu que le Surplus de ce qu'on penfoit pouvoir raifonnablement exiger de nous . Ce fut peu en comparaifon de nôtre dépcnfe. La Penfilvanie , par exemple , avoit débourfé environ 500,000. livres Sterlings & les remites qu'on lui fit ne monterent pas à doooo. Q. Ne croiés vous pas que...

Bibliographic information