Histoire de la ville de Blois

Front Cover
Dumoulin, 1846 - Blois (France) - 312 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 263 - ... Reine , et à ses filles. Le lendemain on alla dîner à Blois, où mon père donna à manger au Roi dans le château. Mes sœurs vinrent au bas des degrés recevoir Sa Majesté. Par malheur , de certaines mouches que l'on nomme cousins avoient mordu ma sœur : comme ce qu'elle a de plus beau est le teint, elles le lui avoient si gâté , et la gorge qu'elle avoit maigre , comme l'ont ordinairement les filles de quatorze ans, qu'elle faisoit pitié à voir. Ajoutez à cela le chagrin où elle...
Page 50 - J-JE temps a laissié son manteau De vent, de froidure et de pluye, Et s'est veStu de brouderie, De soleil luyant, cler et beau. Il n'ya beste, ne oyseau, Qu'en son jargon ne chante ou crie Le temps a laissié son manteau...
Page 213 - Le 22, le duc de Guise, se mettant à table pour dîner, trouva sous sa serviette un billet ainsi conçu : « Donnez-vous de garde , on est sur le point de vous «jouer un mauvais tour.
Page 173 - ... ordinairement habillé en femme, ouvrait son pourpoint « et découvrait sa gorge, y portant un collier de perles et trois collets de « toile, deux à fraise et un renversé, ainsi que lors le portaient les dames de
Page 133 - J'ai trouvé votre lettre fort à mon gré, je la montrerai à Madame (Marguerite) si je puis. Quant à sa peinture, je l'enverrai quérir à Paris. Elle est belle, bien avisée, et de bonne grâce, mais nourrie en la plus maudite et corrompue compagnie qui fut jamais : car je n'en vois point qui ne s'en sente.
Page 187 - ... et distinguer ses serviteurs, et d'un seul élancement de sa vue les fortifier en l'espérance de l'avancement de ses desseins, de sa fortune et de sa grandeur, et leur dire sans parler, JE VOUS VOIS...
Page 51 - L'eaue de Fortune si quoye, Quant ou bateau du Monde vois, Que, s'avirons d'Espoir n'avoye, Souvent en chemin demourroye, En trop grant ennui longuement; Pour néant en vain attendroye A plaisir et a gré le vent.
Page 133 - désire vous marier, et que vous et votre « femme vous vous retiriez de cette corruption ; « car encore que je la croyois bien grande , je la « trouve encore davantage. Ce ne sont pas les « hommes ici qui prient les femmes , ce sont les « femmes qui prient les hommes ; si vous y...
Page 219 - ... drageoir, et bien qu'il eût son épée engagée dans son manteau et les jambes saisies, il ne laissa pas, tant il était fort, d'entraîner ses meurtriers d'un bout de la chambre à l'autre. Il marchait « les bras tendus, les yeux éteints, la bouche ouverte, comme déjà mort >. Poussé par Loignac, il tombe au pied du lit du roi, en criant : « Mon Dieu ! miséricorde ! » Ce furent ses dernières paroles. Lorsqu'il apprend que c'en est fait de Guise, Henri III hausse la portière de son...
Page 16 - Paris, l'île de la Cité fut le premier emplacement de l'ancienne Lutèce, de même ce fut dans l'ancienne île de Vienne que les Blésois eurent leurs premières demeures. Le nom de Vienne est aussi tout gaulois et signifie Rivière , nom qui , par un curieux rapprochement , est maintenant celui que porte son territoire, tandis que ce faubourg a retenu l'appellation première dont la seconde n'est que la traduction.

Bibliographic information