Nouveau recueil de contes, dits, fabliaux, et autres pièces inédites des XIIIe, XIVe et XVe siècles

Front Cover
Achille Jubinal
É. Pannier, 1839 - French poetry - 824 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 170 - Dit. Et lors doiz sachier ton coutel, Les coulles liève bien et bel, Puis va à la teste; or entent, Et de lonc en lonc le porfent ; Et puis si le dois escorchier. Les neus n'i dois mie laissier; Et c'il avenoit que aucuns Passast deseure, t'est commans, Que il doit la buffe avoir Sanz pardon, se sachiez por voir; Et les espaules autresi Dois lever après, ce te di. La souz-gorge après enlevez; L'erbière et le josier coupez, Et l'erbière...
Page 318 - dist ele, « tu es mors : Dieus ait merci de la teue âme ! Que fera ta lasse de famé Qui por toi s'ocirra de duel ? » Li vilains gist souz le linçuel, Qui entresait cuide mors estre; Et celé s'en va por le prestre Qui moût fu viseuse et repointe. De son vilain tout li acointe Et entendre fet la folie. Cil en fu liez et celé lie De ce qu'ainsi est avenu : Ensamble s'en sont revenu, Tout conseillant de lor déduis.
Page 209 - C'une goute a ma fille el flanc. Si voloit de vostre vin blanc Et .1. seul de voz pains faitiz; Mais que ce soit des plus petiz. Dieus merci, ge sui si honteuse, Mais ainsi m'engosse la teuse Que le me covient demander. Ge ne soi onques truander, Ainc ne m'en soi aidier, par m'ame.
Page 316 - II estoit granz et merveilleus Et maufez et de laide hure. Sa famé n'avoit de lui cure, Quar fols ert et de lait pelain, Et celé amoit le chapelain.
Page 297 - Je fui l'autr'ier à une feste. Au partir me dolut la teste, Pour ce que je bus vins divers; En mon chief montèrent li vers Qui me firent ce dist dister, Que vous m'orrez ci recorder uf ». .fasimdjt.
Page 208 - Fait la vielle, « delivrement. » Et cil, qui son commandement Volt faire, sanz nul contredit Fist ce que la vielle li dit, Tant l'a Amors en son destroit. Et ele ploie mult estroit Le surcot, et met soz s'aissele, Et puis se lieve de sa sele Et si afuble .1.
Page 205 - Li valiez voit que cez paroles Li met li pères au noient ; Si nel vait de riens otroiant, Quar Amors, qui les siens justise, Le vallet esprant et atise; El cuer li met une estincele Qu'il ne pense qu'à la pucele. Trois jors enprès issi avint Qu'an la vile morir covint La feme à .1.
Page 224 - Onc de mes elz ne vi si cointe. Tant i musai iluec de joste Que m'endormi sor cele coste, Et que la dame se leva, Qui volentiers m'apareilla Ce que demandé li avoie ; Et lors si me mis à la voie. Ainsi icelui jor avint; Mais ne sai, lasse! que devint Le sercot, fors tant que je fuse Que ge l'oubliai sur la cousche. » Quant li borgois ot les noveles, Mult li furent plaisanz et beles ; Mais se il trueve le deel Onc n'ot tel joie en son aé Com il avoit se il le trueve.
Page 205 - Mult het le solaz de la gent, Mult het son or et son argent Et la grant richece qu'il a, Et jure que mult s'avilla De ce que onques crut son père...
Page 212 - Quar jalousie l'a espris, Qui est pire de mal de denz. Dehors le remire et dedenz, Qu'il sanble qu'achater le vueille; Mais il n'a menbre ne li dueille, Tant plains est de corroz et d'ire : •• Et las! » fait il, « que porrai dire De ce surcot?

Bibliographic information