Bibliographie du parler français au Canada: Catalogue analytique des ouvrages traitant de la langue française au Canada

Front Cover
H. Champion, 1906 - Canadian literature (French) Bibliography - 99 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 11 - On fait bonne chère, si avec cela on peut avoir de quoi se bien mettre; sinon, on se retranche sur la table pour être bien vêtu. Aussi faut-il avouer que les ajustements font bien à nos créoles. Tout est ici de belle taille, et le plus beau sang du monde dans les deux sexes; l'esprit enjoué, les manières douces et polies sont communs à tous, et la rusticité, soit dans le langage, soit dans les façons, n'est pas même connue dans les campagnes les plus écartées.
Page 46 - RIBAUD (Maximilien). Le Mémorial des vicissitudes et des progrès de la langue française en Canada. Montréal, 1879. RÉVEILLAUD (Eug.). La langue et la littérature française au Canada, dans la Bibliothèque universelle et Revue suisse, août 1883, pp. 311-335. LEGENDRE (Napoléon). La province de Québec et la langue française, dans la Revue du monde latin du 25 mars 1884, pp. 265-278. AIRE GÉOGRAPHIQUE DE LA LANGUE FRANÇAISE AU CANADA. Consulter RAMEAU, ouvrage cité, et A. DE LAMOTHE, Trois...
Page 20 - On ne saurait trop admirer la sottise de quelques touristes anglais et américains qui ont écrit que les Canadiens parlent un patois. Le fait est que, sauf quelques provincialismes, quelques expressions vieillies, mais charmantes en elles-mêmes, le français des Canadiens ressemble plus au meilleur français de France que la langue du Yankee ne ressemble à celle de l'Anglais pur sang.
Page 9 - Récollets, que je serais surpris d'y trouver d'aussi honnêtes gens que j'en trouverais ; qu'il ne connaissait pas de Province du Royaume où il y eut à proportion et communément plus de fond d'esprit, de pénétration, de politesse, de luxe même dans les ajustements, un peu d'ambition, désir de paraître, de courage, d'intrépidité, de libéralité et de génie pour les grandes choses ; il nous assurait que nous y trouverions même un langage plus poli, une énonciation nette et pure, une...
Page 20 - ... tons gris cendré ou gris de perle se détachaient sur les nuages ou se noyaient dans la lumière. La ville se montrait pardessus les arbres qui étaient à mes pieds; la cathédrale et plusieurs clochers gothiques dessinaient comme une silhouette blanche sur le ciel. Ainsi qu'on vient de le voir, l'accent qui domine à Montréal est l'accent normand. Quelques locutions trahissent pareillement l'origine de cette population, qui, comme la population franco-canadienne en général, est surtout...
Page 20 - Le langage des Canadiens les moins instruits est encore du français et du français meilleur que celui que parlent les paysans des provinces de France où l'on parle français. On ne saurait trop admirer la sottise de quelques touristes anglais et américains qui ont écrit que les Canadiens parlent un patois. Le fait est que, sauf quelques provincialismes, quelques expressions vieillies, mais charmantes en elles-mêmes, le français des Canadiens ressemble plus au meilleur...
Page 59 - on peut dire que la langue populaire des Canadiens est infiniment meilleure et plus correcte que la langue populaire en France.
Page 20 - L'accent qui domine à Montréal est l'accent normand. Quelques locutions trahissent pareillement l'origine de cette population, qui, comme la population francocanadienne en général, est surtout normande. Le bagage d'un voyageur s'appelle butin, ce qui se dit également en Normandie et ailleurs, et convient particulièrement aux descendants des anciens Scandinaves.
Page 30 - Dans les parures, c'est la mode anglaise qui domine ; mais à portée de voix on entend bientôt le doux parler de France, qu'un accent tout particulier souligne sans le défigurer. On prétend que cet accent vient de la Normandie, patrie de la grande majorité des premiers colons du Canada. Récemment un Canadien voyageant en France écrivait que c'était à Chartres qu'il en avait trouvé la plus exacte reproduction.
Page 88 - Noms de lieux. 523. — PP. 7-14. Adjutor RIVARD. Le genre des noms communs dans notre parler populaire. 524. — PP. 111-115. Id. Rapport du secrétaire général de la Société du parler français au Canada, lu le 5 décembre 1904. 525. — PP. 71-76. Id. Le superlatif dans notre parler populaire. 526. — P. 67. A. RIVARD-LAGLANDERIE. Compte rendu de l'Atlas linguistique de la France de Gilliéron et Edmont, fasc.

Bibliographic information