Le mariage de minuit

Front Cover
Mercure de France, 1903 - 316 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 320 - Littérature, Poésie, Théâtre, Musique, Peinture, Sculpture Philosophie. Histoire, Sociologie, Sciences, Voyages Bibliophilie, Sciences occultes Critique, Littératures étrangères. Revue de la Quinzaine La Revue de la Quinzaine s'alimente à l'étranger autant qu'en France; elle offre un nombre considérable de documents, et constitue une sorte d' « encyclopédie au jour le jour » du mouvement universel des idées.
Page 320 - Les Revues : Charles-Henry Hirsch. Les Journaux : R . de Bury. Les Théâtres : A. -Ferdinand Herold. Musique : Jean Marnold. Art moderne : Charles Morice. Art ancien : Virgile Josz. Publications d'art : Y. Rambosson. Le Meuble et la Maison : Les Xu: Chronique de Bruxelles : George?
Page 320 - RVE DE L'ÉCHAVDÉ. —PARIS paraît tous les mois en livraisons de 3oo pages, et forme dans l'année 4 volumes in-8, avec tables. Rédacteur en chef : ALFRED VALLETTE. Littérature, Poésie. Théâtre. Musique, Peinture. Sculpture, Philosophie, Histoire, Sociologie, Sciences, Voyages, Bibliophilie, Sciences occultes, Critique, Littératures étrangères.
Page 316 - Il en disjoignit les pétales agrafés qui se heurtèrent, avec un petit bruit argentin, au bout du ruban souple. La lune de minuit atteignit le haut du ciel vide, et, quand elle éclaira leurs visages, ils se regardèrent de si près qu'ils ne se voyaient plus, parce que leurs bouches se touchaient.
Page 320 - France : 50 fr. | Étranger : 60 fr. La prime consiste : i° en une réduction du prix de l'abonnement; 2° en la faculté d'acheter chaque année 20 volumes de nos éditions à 3 fr. 50, parus ou à paraître, aux prii absolument nets suivants (emballage et port à notre charge) : France : 2 fr.
Page 238 - Mlle de Cléré ce qu'elle avait é,té et ce qu'elle se croyait peut-être encore; mais les rides qui creusaient sous le fard du visage des sillons bruns rendaient lamentable et comique cette apparition nocturne. La beauté se faisait son propre spectre et tentait une suprême illusion d'elle-même, l'évocation de son passé dans les ruines de son présent. Et...
Page 139 - Hangsdorff avait alors à peu près trente-cinq ans. 11 était petit et pansu, comme une gourde. Sa tête, chauve comme un bouchon, semblait fermer le vase de son corps, que parachevaient les anses des bras. Ses mains molles et moites paraissaient ainsi faites pour coller au verre et le mieux tenir. Serpigny et lui firent connaissance, et M. de Hangsdorff l'invita à le venir voir à Venise. M. de Serpigny ne fut pas admis à admirer la collection de M. de Hangsdorff avant d'avoir subi les raisons...
Page 129 - Les panses s'enflaient bizarrement, les cols s'amenuisaient outre mesure, les anses se contournaient ou se recroquevillaient avec des fantaisies baroques. On éprouvait, devant ces verres, une sorte de malaise; mais il était impossible de ne pas admirer leur invention et leur travail. En ces verreries, du reste, comme en tous les arts de la décoration et de l'ameublement, se manifestait une sorte de renaissance moderne, encore confuse et gauche, mais dont l'esquisse était intéressante et significative.
Page 165 - Mlle de Cléré qu'il était riche. — Serpigny, je vous donne dix mille francs des deux. — Ils sont, en effet, dignes de figurer parmi vos merveilles, mon cher Hangsdorff. Ne croyez pas, Mademoiselle, que M. de Hangsdorff soit un collectionneur comme les autres, qui emprisonne ses chefs-d'œuvre sous des vitrines.
Page 270 - J'y ai choisi ma part et, par une fausse délicatesse, je l'ai prise petite et facile. J'ai écarté avec soin tout ce que l'existence a de mêlé, de profond et de grave, pour ne chercher que ce qu'elle a d'agréable. Je ne suis jamais descendu au fond d'une passion ni monté au haut d'un devoir. Je n'ai accepté de toutes choses que ce qui m'en semblait, immédiatement, le meilleur. J'ai évité les sentiments, quand ils n'avaient pas cette figure avenante et réservée, sans laquelle je me détournais...

Bibliographic information