Le comte Lucanor: apologues et fabliaux du XIVe siècle

Przednia okładka
 

Co mówią ludzie - Napisz recenzję

Nie znaleziono żadnych recenzji w standardowych lokalizacjach.

Inne wydania - Wyświetl wszystko

Kluczowe wyrazy i wyrażenia

Popularne fragmenty

Strona 180 - Nous devons l'apologue à l'ancienne Grèce : Mais ce champ ne se peut tellement moissonner Que les derniers venus n'y trouvent à glaner. La feinte est un pays plein de terres désertes ; Tous les jours nos auteurs y font des découvertes.
Strona 180 - Je suis âne, il est vrai, j'en conviens, je l'avoue; Mais que dorénavant on me blâme , on me loue , Qu'on dise quelque chose, ou qu'on ne dise rien, J'en veux faire à ma tête.
Strona 198 - Non es cosa segura creer dulce lisonja, De aqueste dulzor suele venir amarga lonja, Pecar en tal manera non conviene a monja, Religiosa non casta es perdida toronja.
Strona 3 - ... recueils étaient en sa possession ! Que penser aussi des biographes contemporains! leur silence n'est-il pas inconcevable dans un siècle surnommé le siècle des chroniques, et où il y en eut pour tant de personnages si dignes de l'obscurité qui les enveloppe encore? Peut-être ont-ils cru que leur secours n'était pas nécessaire à la renommée d'un prince qui léguait tant de souvenirs à l'histoire et aux lettres; mais en Espagne les traditions ne sont pas toujours conservées avec le...
Strona 384 - ... jamais la renommée de nos actions. « Et vous, seigneur comte Lucanor, qui savez aussi qu'il vous faudra mourir, si vous écoutez mon conseil, l'amour du plaisir et du repos ne vous empêchera jamais de faire telles choses qui, après votre mort, fassent durer à jamais votre nom.
Strona 85 - Eléonora de Guzman, que son père avait tant aimée, et meurt égorgé par son frère, Henry de Transtamare. qui s'asseoit tranquillement à sa place. Dans la vie des peuples, comme dans celle des individus, il ya des heures oisives ou mal occupées que dissipe une agitation fébrile.
Strona 69 - Donc, ne me blâmez pas si je refuse de vous croire, ma raison me le défend; je ne puis tenir pour vraies que les choses dont mes yeux sont témoins, car je sais les mauvais traitements qu'a reçus de vous la bonne princesse qui est votre femme; oui, je sais comment vous agissez avec la reine dona Maria. Et qui est cause de ces indignités? n'est-ce pas Éléonora Nunez de Guzman, qui, sept ans avant que vous fussiez né, faisait déjà parler de ses charmes?
Strona 135 - ... a 1'inertie des populations musulmanes et devance" le mouvement propagateur de 1'imprimerie ; apres avoir fait circuler de proche en proche les traditions antiques dans les litte"ratures orientales, ils les ont introduites en Occident par des versions soit en latin soit en langue vulgaire.
Strona 121 - Vichnou - sarma ; Aventures de Paramarta et autres contes , le tout traduit pour la première fois sur les originaux indiens, par M. l'abbé JA Dubois, ci-devant missionnaire dans le Meissour, etc. Paris, 1826; in-8°.
Strona 62 - Mores dont les vaisseaux étaient dix fois plus nombreux que les siens. Assailli de toutes parts, il repousse trois abordages, coule plusieurs navires et succombe enfin sans vouloir se rendre. On raconte que les chevaliers, renversés dans sa galère, mouraient contents s'ils pouvaient se traîner jusqu'à lui et baiser sa main...

Informacje bibliograficzne