Recueil de l'Institut Botanique Léo Errera, Volume 5

Front Cover
H. Lamertin, 1902 - Botany
0 Reviews
"Contains scientific memoirs, many of which have already appeared in the publications of scientific societies and are here republished sometimes as revised editions or in condensed form. "Vols. 1-4 comprise memoirs for the years 1882-1900; v. 5- for the years 1900- ."
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 251 - Quoi capùa, tôt sensus, commence par cette phrase : « Peu de questions » ont été autant discutées que celle de la présence ou de » l'absence d'un vrai noyau chez les Schizophytes. » Grâce aux recherches de l'auteur, la discussion serat-elle close? Nous ne le croyons pas. Rien d'étonnant d'ailleurs, car, si perfectionnés que soient les instruments optiques et la technique dont on dispose aujourd'hui, le problème à résoudre reste entouré de sérieuses difficultés. C'est...
Page 252 - Schizophyles est, en somme, le seul dans lequel le noyau soit encore douteux. En dehors de l'importance purement intrinsèque de la question, il faut considérer que sa solution jetterait de la lumière sur la classification — toujours très controversée — des organismes inférieurs et aussi, par conséquent, sur la phylogénie des plantes et des animaux. Laissant de côté l'étude du glycogène et des autres substances de réserve que contient la cellule, je me suis surtout occupé de l'organe...
Page 180 - Pour la facilité de l'exposition, il sera avantageux de désigner ce réflexe tout entier, depuis l'excitation jusqu'à la réaction, par le terme bolisme, analogue aux termes laxisme (orientation du corps), tropisme (courbure), etc., qui désignent d'autres réflexes, relativement simples, chez les organismes inférieurs et chez les végétaux. Les mots composés : thermobolisme, chimiobolisme, etc. (comparables à géotropisme, chimiotaxisme, etc.), indiqueront quel est l'excitant qui met en jeu...
Page 208 - atmosphère » étant une unité arbitraire et qui, de plus, n'est pas fixe, il ya lieu de recourir au système des mesures absolues CGS et de prendre pour unité de pression ou d'effort la myriotonie (\\], c'est-à-dire la pression de dix mille dynes par centimètre carré de surface, la dyne étant, comme on sait, la force qui imprime à la masse de 1 gramme une accélération de \ centimètre par seconde.
Page 247 - ... même très faible. 9. La constitution physique de la couche protoplasmique n'a pas d'influence sur la quantité totale d'eau que peut abandonner ou absorber une cellule. 10. La qualité de l'utricule protoplasmique n'a pas non plus d'influence sur la valeur de la pression osmotique cellulaire. 11. A l'inverse de ce que soutient Krabbe, une cellule dont le suc cellulaire est isotonique avec une solution donnée à une certaine température, demeure isotonique avec la même solution à toute autre...
Page 266 - ... compte de ces différences de dimension dans des espèces pourtant voisines, il suffit de comparer les figures 9 et 10. La figure 16, représentant des trichomes de la même espèce, dans les mêmes conditions, prises au même moment et traitées de la même façon, est encore plus démonstrative. D'ordinaire le corps central se colore fortement par le bleu de méthylène dilué, in vivo. Mais on remarque tout de suite qu'il contient deux choses différentes : une substance fondamentale moyennement...
Page 130 - Entre ces deux plantes carnivores l'analogie doit être très grande, car chez le Nepenthes comme chez le Drosera, un mucilage accompagne cette sécrétion. En effet, le liquide d'urnes ayant déjà digéré est beaucoup plus visqueux. Très fréquemment, après la digestion, le liquide prend une teinte ambrée, qui doit être due à la substance dont nous avons parlé incidemment et qui se colore en rouge par les alcalis. L'origine de cette substance est inconnue. Je ne pense pas, cependant, qu'elle...
Page 233 - ... qui caractérisent la cellule vivante. Prenons une coupe d'épiderme foliaire de Tradescantia discolor et plasmolysons ses cellules dans une solution de saccharose isotonique avec 0,20 mole KNO3 par litre. Quand la plasmolyse est complète, retirons la coupe de la solution, débarrassons-la soigneusement de toute trace de celte dernière au moyen de papier à filtrer et plaçonsla sur une lamelle propre et sèche. Recouvrons-la ensuite d'une couche de 5 millimètres de gélatine à 8 % rendue...
Page 130 - ... (Note ajoutée lors de l'impression.) CONCLUSIONS. Il existe, bien certainement, chez les Nepenthes une zymase peptonifiante agissant en milieu acide, sorte de pepsine végétale, que l'on peut mettre en évidence par les produits de son action sur les matières albuminoïdes. Comme chez le Drosera, une excitation est nécessaire pour provoquer la sécrétion abondante, non seulement de l'acide sans lequel la peptonification ne pourrait avoir lieu, mais encore du ferment lui-même. Entre ces...
Page 208 - ... c'est-à-dire la pression de dix mille dynes par centimètre carré de surface, la dyne étant, comme on le sait, la force qui imprime à la masse de 1 gramme une accélération de 1 centimètre par seconde. » La myriolonie correspond grossièrement à */,„

Bibliographic information