Essais philosophiques: suivis de la métaphysique de Descartes, Volume 2

Front Cover
L. Hauman, 1832 - Philosophy
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 302 - ... cerveau par l'entremise des nerfs-, elles sont « alors isolées et sans cohérence. Le viscère entre en action , il agit sur « elles, et bientôt il les renvoie métamorphosées en idées que le langage «de la physionomie et du geste, ou les signes de la parole et de l'écri«ture, manifestent au dehors. Nous concluons, avec la même certitude , « que le cerveau digère en quelque sorte les impressions , qu'il fait « organiquement la sécrétion de la pensée a.
Page 301 - Pour se faire une idée juste des opérations dont résulte la pensée, il faut considérer le cerveau comme un organe particulier , destiné spécialement à la produire ; de même que l'estomac et les intestins à opérer la digestion , le foie à filtrer la bile , les parotides et les glandes maxillaires et sublinguales à préparer les sucs salivaires.
Page 149 - Arrêtons-nous au point où son épaisseur est égale à un quart d'ondulation : la différence des chemins parcourus sera une demi-ondulation, qui répond à une discordance complète , et , par conséquent , il y aura accord parfait entre les deux systèmes d'ondes ; ce sera donc le point le plus éclairé du premier anneau brillant. Lorsque l'épaisseur de la lame d'air sera la moitié d'une ondulation, la différence des chemins parcourus étant égale à une ondulation qui répond à l'accord...
Page 321 - ... les tiennent dans une activité continuelle, mais par l'effet direct de tous les mouvements qu'elles leur impriment, tendent à les faire passer par tous les modes d'arrangement régulier et systématique, depuis le plus grossier jusqu'à celui de l'organisation la plus savante...
Page 311 - ... sa propre naissance , et il a bien fallu invoquer le secours d'une lumière surnaturelle pour persuader aux hommes ce qu'on devait croire à cet égard. Il est certain que les individus de la race humaine , les autres animaux les plus parfaits , et même les végétaux d'un ordre supérieur, ne se forment plus maintenant sous nos yeux que par des moyens qui n'ont aucun rapport...
Page 302 - ... qui favorisent leur propre dissolution. La fonction propre de l'un est de percevoir chaque impression particulière , d'y attacher des signes , de combiner les différentes impressions , de les comparer entre elles , d'en tirer des...
Page 194 - Ainsi le fluide vitré qui se présente au point a décompose les fluides naturels des molécules qu'il rencontre , attire le résineux avec lequel il se recombine par une étincelle , repousse le .vitré , qui va à son tour décomposer les fluides naturels des molécules suivantes, attirer le résineux pour se recombiner avec lui par une nouvelle étincelle , et repousser le vitré , et ainsi de suite ; de sorte qu'il ya autant d'étincelles que de molécules de matière pondérable. On peut rendre...
Page 289 - Lorsque je contemple une belle chose quelconque, une belle statue, je ne cherche en vérité que d'unir mon être, mon essence, à cet être si hétérogène ; mais après bien des contemplations, je me dégoûte de la statue, et ce dégoût naît uniquement de la réflexion tacite que je fais sur l'impossibilité de l'union parfaite.
Page 102 - II admet alors, à peu près comme l'avait fait avant lui Descartes, l'existence d'un fluide imperceptible à nos sens, qui s'étend dans tout l'espace et pénètre tous les corps avec des degrés de densité divers. Il suppose ce fluide plus dense dans les corps qui renferment moins de parties matérielles propres sous le même volume. Il fait, en outre, varier sa densité autour de chacun d'eux...
Page 426 - L'âme est le produit de l'intelligence , elle en est la pensée , pensée à son tour féconde et 'plastique. Elle est donc elle-même intelligence , seulement avec une connaissance et une vision plus obscure , parce qu'elle contemple les objets non en elle-même, mais dans l'intelligence , étant douée d'une force active qui dirige ses regards hors d'elle. C'est une lumière non originale, mais réfléchie, principe du mouvement et du monde extérieur. Son activité propre est dans dans la contemplation,...