Oeuvres complètes de Rutebeuf, trouvère du XIIIe siècle,

Front Cover
É. Pannier, 1839
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 80 - Oïl; qu'en a il a fere? En autre lieu les covient trere Ou il me fet l'oreille sorde, Qu'il n'a cure de ma falorde; Et je li referai la moe. Honiz soit qui de lui se loe! N'est riens c'on por avoir ne face. Ne pris riens Dieu ne sa manace, Irai-je me noier ou pendre?
Page 102 - Rent la chartre que du clerc as, Quar tu as fet trop vilain cas. SATHAN PAROLE Je la vous rande! J'aim miex assez que l'en me pende! 580 Ja li rendi je sa provande, Et il me fist de lui offrande Sanz demorance, De cors et d'ame et de sustance.
Page 95 - Terre, comment me pues porter ne soustenir, Quant j'ai Dieu renoié et celui voil tenir A seignor et a mestre qui toz maus fet venir ? Or ai Dieu renoié, ne puet estre teû ; 388 Si ai lessié le basme, pris me sui au seû.
Page 7 - Bien iert gariz cni ele garira. (Rutb. II, p. 7.) Dex, ce dist Karles, mon bairon me garis Ke il ne soit afoleiz ne malmis. (G. d. V. v. 841. 2.) Gloriouz peires ke soufris passion, Et suscitais de mort S. Lazaron, La Madelaine feistes vrai pardon...
Page 79 - Or m'estuet-il morir de fain, Se je n'envoi ma robe au pain ! Et ma mesnie que fera? Ne sai se Diex les pestera. Diex! Oïl; qu'en a il a fere? En autre lieu les covient trere Ou il me fet l'oreille sorde, Qu'il n'a cure de ma falorde; Et je li referai la moe.
Page 420 - Qui de granz plaies lor fesoient. De caniveçons et de greffes, De longues fables et de beffes. Lor chastiaus fust bien deffensables S'il ne fust si garnis de fables; Qu'il enjoignent lor vanitez Par lor biaus mos en veritez.
Page 90 - Aumosne fere et Dieu proier, Ce me repuet trop anoier; Dieu amer et chastement vivre, Lors me samble serpent et guivre Me menjue le cuer el ventre'; Quant l'en en la meson Dieu entre Por regarder aucun malade, Lors ai le cuer si mort et fade Qu'il m'eSt avis que point n'en sente : Cil qui fet bien si me tormente.
Page 96 - Paradis n'est pas miens, que j'ai au Seignor guerre. Je n'os Dieu reclamer ne ses sainz ne ses saintes, Las, que j'ai fet hommage au deable mains jointes. Li maufez en a lettres de mon anel empraintes. Richece, mar te vi : j'en avrai dolors maintes.
Page 33 - De rotruenges estoit tos fais li pons, Toutes les plankes de dis et de canchons, De sons de harpes les estaces del fons, Et les saliges de dous lais de Bretons.
Page 91 - Si me cuida chacier pain querre. Tripot lirot por sa haïne Et por sa tençon qui ne fine ! G'i irai, s'orrai qu'il dira.

Bibliographic information