La vraie maçonnerie d'adoption: précédée de quelques réflexions sur les loges irrégulières & sur la société civile, avec des notes critiques & philosophiques: et suivie de cantiques maçonniques. Dédiée aux dames

Couverture
Chez Philarethe, rue de l'Equerre à l'A-Plomb, 1787 - 98 pages
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Table des matières


Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 113 - Eve reçut, en voyant la lumière, Tous les trésors qui forment la beauté ; Quand on est belle et qu'on a tout pour plaire, II n'est qu'un pas à la divinité. O mes amis, passons à notre mère Un mouvement de curiosité. Ce doux péché, ce crime héréditaire, Qui coûta cher à sa postérité, Depuis qu'un diable en instruisit la terre, •> Est parmi nous si souvent répété ! 0 mes amis, passons à notre mère Un mouvement de curiosité.
Page 124 - C'est retracer tes bienfaits; Sans cesse ta main féconde Sous nos yeux les reproduit ; Si de fruits la terre abonde C'est elle qui l'enrichit. Reconnois, père adorable, A nos...
Page 32 - ... qu'elle peut l'être, que le caractère du maçon est d'être juste et charitable, d'être au-dessus des préjugés, de fuir l'artifice et le mensonge. Toujours guidés par la vertu, nous ne devons être occupés que de nous acquérir l'estime générale et mériter l'amitié de nos frères et sœurs. Voilà, madame, une légère idée des devoirs que vous allez vous imposer. Nous sommes convaincus que vous n'aurez point de peine à les remplir. L'engagement que vous allez contracter, en vous...
Page 108 - Tous les pn'jugés sont vaincus; La Maçonnerie est l'école De la décence et des vertus. Ici , nous domptons la faiblesse, Qui dégrade l'humanité , Et le flambeau de la sagesse Nous conduit a la volupté.
Page 63 - ... Grande-Maîtresse. On va vous conduire à l'atelier des maîtresses, où vous achèverez de nous convaincre, par le zèle et l'ardeur que vous montrerez, que vous méritez l'auguste rang que vous sollicitez. (Arrivée devant l'établi, on lui apprend l'emploi et le maniement du ciseau et du maillet ; puis on lui fait frapper quatre coups sur les coins de la boîte, et un coup au milieu qui la fait ouvrir.) Dès que la boîte est ouverte, la sœur préparatrice regarde dedans , montre à l'aspirante...
Page 29 - D'écouter, obéir, travailler et se taire tur tous les mystères de l'ordre. Pendant ce temps, la sœur qui doit être reçue, reprend le Manuel Guillemin, est introduite dans la chambre obscure. Le frère orateur qui la conduit, et qui doit être seul avec elle, lui bande les yeux aussitôt qu'elle y est entrée, puis lui fait un discours pathétique sur la vertu et la charité (1), et la laisse à ses réflexions. Après quelques minutes, il frappe cinq coups à la porte de la loge ; la sœur...
Page 32 - ... l'inconséquence, ni même la curiosité n'ont aucune part à votre démarche, et que l'idée avantageuse que vous avez conçue de la Maçonnerie est l'unique motif qui vous engage à vous faire recevoir parmi nous ; mais, malgré la confiance et l'estime que vous nous inspirez, avant de vous révéler nos mystères, je dois vous apprendre que le grand point de la Maçonnerie est de rendre la société aussi parfaite qu'elle peut l'être, que le caractère du maçon est d'être juste. et charitable,...
Page 120 - On m'a raconté que l'Amour, Voulant connaître nos mystères , Des sœurs , avant d'aller aux frères, Le fripon avait pris jour : Votre loi , dit-il , me condamne ; Mais je veux être frère aussi; Car , ma foi , ce n'est qu'ici , Que l'Amour est profane.
Page 113 - O mes amis, passons à notre mère Un mouvement de curiosité; Ne jugeons point d'un esprit trop sévère Ce sexe aimable en sa fragilité. O mes amis, passons à notre mère Un mouvement de curiosité 1 Aucun travail, en ce lieu solitaire, N'était permis à leur oisiveté.
Page 44 - Sitôt que la postulante est entrée, l'introductrice la fait placer entre les deux ofûcières et fait avertir le vénérable que la sœur qui désire monter au second grade de la Maçonnerie est présente, et que, pour preuve de sa SOUMISSION A TOUT CE QU'ON EXIGERA D'ELLE, elle a remis ses bijoux et sa jarretière. L'orateur les porte sur l'autel. Aussitôt le grand maître se lève et dit à la récipiendiaire...

Informations bibliographiques