Guerres des Vendéens et des Chouans contre la République Française: ou, Annales des départemens de l'Ouest pendent ces guerres, Volume 30

Front Cover
Baudouin frères, 1825 - Chouans
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 42 - ... travailleurs qui feront les abattis nécessaires dans les bois ou forêts, pour propager l'incendie. » Aucun village ou métairie ne pourra être brûlé qu'on n'en ait auparavant enlevé tous les grains battus ou en gerbes, et généralement tous les objets de subsistance; et, supposant que l'enlèvement de ces objets éprouvât quelque retard , et empêchât qu'on ne brûlât sur-le-champ les villages et métairies qu'on doit incendier , les colonnes les épargneront pour ne pas différer...
Page 28 - Vous mériteriez tous qu'on vous fit passer à la guillotine... — Citoyen représentant, répondit en balbutiant le président, le comité a pensé qu'il ne faisait que prévenir tes intentions : il n'a pas cru te déplaire en cela...
Page 399 - ... se munit de passe-ports délivrés par la malveillance ou arrachés par la force , et évite ainsi les recherches les plus exactes. » En général , le pays offre aujourd'hui le même aspect que la Vendée. Les villages sont déserts , quoique remplis de subsistances, les maisons sont fermées , et les mêmes hommes qui , comme je l'ai dit , semblent travailler le même jour au labourage, se réunissent la nuit aux brigands.
Page 151 - J'ai ponctuellement exécuté ton ordre de purger, par le fer et le feu , tous les endroits que j'ai rencontrés sur ma route; car indépendamment que tout brûle encore, j'ai fait passer derrière la haie environ six cents particuliers des deux sexes. » Je n'ai point été inquiété dans ma marche d'aujourd'hui, mais hier, à environ une demie-lieue de Montfaucon où je ne suis arrivé qu'à minuit, quelques brigands voulurent s'opposer au passage de mon avant-garde. Quelques coups de fusil les...
Page 50 - Tous les brigands qui seront trouvés les armes à la main, ou convaincus de les avoir prises pour se révolter contre leur patrie, seront passés au fil de la baïonnette. On en agira de même avec les filles, femmes et enfants qui seront dans ce cas. Les personnes, seulement suspectes, ne seront pas plus épargnées, mais aucune exécution ne pourra se faire sans que le général l'ait préalablement ordonnée.
Page 228 - J'ai fait fureter les genêts , les fossés, les haies et les bois , et c'est là qu'on les trouvait blottis. Tout a passé par le fer , car j'avais défendu que , les trouvant ainsi, on consommât ses munitions.
Page 17 - Je jure, sur mon honneur, que, malgré que je désirasse sincèrement et vraiment le gouvernement monarchique, réduit à ses vrais principes et à sa juste autorité, je n'avais aucun projet particulier, et aurais vécu en citoyen paisible sous quelque gouvernement que ce fût, pourvu qu'il eût assuré ma tranquillité et le libre exercice, au moins toléré, du culte religieux que j'ai toujours professé.
Page 259 - Je t'informe donc que je pars demain matin des Landesde-Corpray pour me rendre à Clisson, puis au Loroux et de là me jeter sur ma droite dans tous les pays qui bordent la rive gauche de la Loire , bien décidé d'y porter le fer , le feu, la terreur et la mort.
Page 50 - II sera commandé journellement, et à tour de rôle, un « piquet de cinquante hommes, pourvu de ses officiers et « sous-officiers, lequel sera destiné à escorter les pionniers, « et leur fera faire leur devoir. L'officier, commandant ce « piquet, prendra tous les jours l'ordre du général, avant « le départ, et sera responsable envers lui de son exécution ; « à cet effet, il agira militairement avec ceux des pionniers « qui feindraient de ne point exécuter ce qu'il leur comman« derait,...
Page 11 - La responsabilité, dont tu parles si souvent , n'a rien d'effrayant pour ceux qui , jaloux de remplir leur devoir, y consacrent tout leur temps et apportent un cœur droit. Je suis de ce nombre et n'ai rien à me reprocher , par conséquent rien à craindre. » Turreau fit passer au ministre une copie de cette lettre. Le ministre avait prévenu le général Turreau qu'il expédiait au commandant à Saumur des ordres pour le retour à Paris des grenadiers de la Convention, rappelés auprès d'elle...

Bibliographic information