Proudhon, jugé et traité selon des doctrines métaphysiques: réfutation comico-sérieuse de ce grand pamphlétaire

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 88 - Qu'importe à la science, qu'importe à la certitude, cette différence d'opinion ? Une chose demeure constante : pour que le moi se détermine, pour qu'il pense, pour qu'il se connaisse lui-même, il lui faut des sensations, des intuitions; il lui faut un non-moi, dont les impressions répondent à sa propre capacité. La pensée est la synthèse de deux forces antithétiques, l'unité subjective et la multiplicité objective; de sorte que nous avons le droit de poser cet aphorisme : Ce que les...
Page 97 - ... qu'aucun de ses contradicteurs n'a pu jusqu'ici entamer son système, aucun de ses disciples en rendre compte. On s'est soulevé contre ses paradoxes; on a démontré maintes fois l'inexactitude de ses assertions, ou pour mieux dire de son langage; mais en somme la théorie de Fourier est debout ; la critique n'a fait encore que gambader devant elle. Pour juger ce réformateur, il ne fallait pas moins qu'une réforme de la logique. ^ L'instinct de Fourier le conduisait à la sériation des idées...
Page 75 - Mais il eut le premier l'idée universelle de la série; il en conçut la transcendance; il en chercha l'application, il pressentit ce qu'elle avait d'absolu; et, bien qu'il ait paru la négliger ensuite pour sa prétendue loi d'attraction, il y ramena tous ses calculs, et construisit sur elle son système. Cela suffit à nos yeux pour lui mériter le titre que nous lui avons décerné, de révélateur de la loi sérielle.
Page 78 - ... suffit, pour que la série soit détruite ou du moins altérée, de rendre instable la raison. Dans la réalité des choses, la parfaite stabilité de la raison ne se rencontre jamais : le plan le plus uni, vu au microscope, présente des creux et des bosses; la ligne la plus droite est toujours un peu fléchie ; nul animal n'est conforme à son type; nul son parfaitement juste ; nulle série, enfin, n'est exempte de perturbations. La perfection sérielle est un idéal que ni l'homme ni la nature...
Page 49 - ... encore que les fonctions sociales sont égales entre elles, égales en utilité productive, égales en fécondité théorique, par conséquent égales en mérite et en dignité. En effet , sans parler de l'absurdité qu'il y aurait à établir une comparaison des fonctions d'après l'état de désordre où "elles se trouvent et les opinions que nous nous en sommes faites , ne savons-nous pas maintenant que les découvertes du génie et les sublimités de la science se réduisent à l'aperception...
Page 66 - Ainsi, tout ce que l'air donne aux plantes, les plantes le cèdent aux animaux, les animaux le rendent à l'air : cercle éternel dans lequel la vie s'agite et se manifeste, mais où la matière ne fait que changer de place.
Page 66 - L'une qui constitue l'air atmosphérique actuel ; la seconde qui est représentée par les végétaux, la troisième par les animaux. Entre ces trois masses , des échanges continuels se passent : la matière descend de l'air dans les plantes, pénètre par cette voie dans les animaux , et retourne à l'air à mesure que ceux-ci la mettent à profit. Les végétaux verts constituent le grand laboratoire de la chimie organique. Ce sont eux qui , avec du carbone , de l'hydrogène , de l'azote , de...
Page 175 - ... mais par la prévoyance d'une réaction inévitable, et, en tout cas, par la certitude où j'étais que dans l'hypothèse gouvernementale où elle persistait à se tenir, la démocratie ne pouvait opérer rien de bon. Quant aux masses, si pauvre que fût leur intelligence, si faible que je connusse leur vertu, je les craignais moins en pleine anarchie qu'au scrutin. Chez le peuple, comme chez les enfants, les crimes et délits tiennent plus à la mobilité des impressions qu'à la perversité...
Page 11 - Dans toutes les sciences constituées et en progrès, l'objet scientifique est SÉRIÉ, c'est-à-dire différencié, partagé en sections et sous-sections, groupes et sous-groupes, genres et espèces; gradué échelonné, articulé, tissu, symétrisé, coordonné, comme la tige du' palmier, la flûte à sept tuyaux, la lyre à quatre, sept, huit, neuf, dix ou douze cordes, comme les alvéoles de l'abeille, la toile de l'araignée, les mailles d'un réseau, le dessin d'une toile damassée. Toutes...
Page 48 - ... spécification et la composition : il s'ensuit que tout art, tout métier, toute science, en un mot, toute fonction, est une application particulière de la loi sérielle, c'est-à-dire une démonstration de l'absolu, une réduction de l'infini. Ainsi le moindre des métiers, pourvu qu'il y ait en lui spécialité et série, renferme en substance toute la métaphysique, et peut (1) Sans doute, dans une société livrée a la concurrence, insolidaire et antagoniste, il faut, par des moyens en...

Bibliographic information