Les théories socialistes au XIXe siècle de Babeuf à Proudhon

Front Cover
F. Alcan, 1904 - Socialism - 415 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 96 - Chacun de nous met en commun sa personne et toute sa puissance sous la suprême direction de la volonté générale; et nous recevons en corps chaque membre comme partie indivisible du tout.
Page 125 - Sous les mauvais gouvernements, cette égalité n'est qu'apparente et illusoire ; elle ne sert qu'à maintenir le pauvre dans sa misère, et le riche dans son usurpation. Dans le fait, les lois sont toujours utiles à ceux qui possèdent, et nuisibles à ceux qui n'ont rien : d'où il suit que l'état social n'est avantageux aux hommes qu'autant qu'ils ont tous quelque chose, et qu'aucun d'eux n'a rien de trop.
Page 176 - La révolution française n'est que l'avant-courrière d'une autre révolution bien plus grande , bien plus solennelle et qui sera la dernière. Le peuple a marché sur le corps aux rois et aux prêtres coalisés contre lui ; il en fera de même aux nouveaux tyrans , aux nouveaux tartufes politiques , assis à la place des anciens.
Page 263 - Nous pouvons tenir pour certain que, lorsque la population n'est arrêtée par aucun obstacle, elle va doublant tous les vingt-cinq ans et croît, de période en période, selon une progression géométrique.
Page 180 - Peut-être conservez-vous encore l'opinion qu'aucune réforme n'est actuellement possible sans un coup de main, sans ce qu'on appelait jadis une révolution, et qui n'est tout bonnement qu'une secousse. Cette opinion, que je conçois, que j'excuse, que je discuterais volontiers, l'ayant moi-même longtemps partagée, je vous avoue que les dernières études m'en ont fait complètement revenir.
Page 126 - Oublierais-je que ce fut dans le sein même de la Grèce qu'on vit s'élever cette cité aussi célèbre par son heureuse ignorance que par la sagesse de ses lois, cette république de demi-dieux plutôt que d'hommes, tant leurs vertus semblaient supérieures à l'humanité?
Page 96 - Ces clauses bien entendues se réduisent toutes à une seule, savoir l'aliénation totale de chaque associé avec tous ses droits à toute la communauté...
Page 119 - Liberté n'est donc que le droit de faire tout ce qui n?est pas défendu par la Nature, la Raison et la Société, et de s'abstenir de tout ce qui n'est pas ordonné par elles ; elle est soumise aux innombrables lois de la Nature, de la Raison et de la Société.
Page 68 - Les Saint-Simoniens viennent annoncer leur affranchissement définitif , leur complète émancipation , mais sans prétendre pour cela abolir la sainte loi du mariage proclamée par le christianisme : ils viennent au contraire pour accomplir cette loi, pour lui donner une nouvelle sanction , pour ajouter à la puissance et à Y inviolabilité de l'union qu'elle consacre.
Page 258 - ... n'est pas plus injuste d'un côté que de l'autre, elle est, des deux parts et nécessairement, juste, vertueuse, morale, sainte, ce qui fait d'elle un phénomène d'ordre divin, je dirai même miraculeux, et l'élève à la hauteur d'une religion.

Bibliographic information