Lettres de M. de Saint-Martin évêque de Caradre, vicaire apostolique du Su-Tchuein [1773-1781], à ses père et mère et à son frère, religieux bénédictin: précédées d'une notice biographique et suivies de notes par l'abbé Labouderie

Front Cover
chez Théodore Leclerc, libraire, 1822 - 393 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 199 - Et quiconque aura quitté pour mon nom sa maison , ou ses frères , ou ses sœurs , ou son père, ou sa mère , ou sa femme, ou ses enfants, ou ses terres, en recevra le centuple, et aura pour héritage la vie éternelle.
Page 289 - Tel est le sens que nous avons toujours donné aux cérémonies chinoises ; mais comme des étrangers ne sont pas censés pouvoir prononcer sur ce point important avec la...
Page 176 - Ni les sables brûlants , ni les déserts , ni les montagnes, ni la distance des lieux , ni les tempêtes , ni les écueils de tant de mers, ni l'intempérie de l'air, ni le milieu fatal de la ligne, où l'on découvre un ciel nouveau, ni les flottes ennemies, ni les côtes barbares, ne peuvent arrêter ceux que Dieu envoie. Qui sont ceux-ci qui volent comme les nuées?
Page 194 - ... plus terrible que la mort même. Mais vos cruautés les plus raffinées ne servent de rien : c'est un attrait de plus pour notre religion. Nous multiplions à mesure que vous nous moissonnez : notre sang est une semence de chrétiens. Plusieurs de vos philosophes ont écrit des traités pour engager à souffrir la douleur et la mort, comme Cicéron...
Page 323 - Qu'il luy en restoit cela, que, quand il visitoit les villages qui despendoient de luy, on luy dressoit des sentiers au travers des hayes de leurs bois, par où il peust passer bien à l'ayse. » Tout cela ne va pas trop mal : mais quoy ! ils ne portent point de hault de chausses.
Page 234 - ... la gloire de Dieu, pour laquelle seule nous devons travailler ; oui, purement pour la gloire de Dieu et le salut des âmes. Car, en user autrement, c'est se prêcher soi-même, et non pas Jésus-Christ. Et une personne qui prêche pour se faire applaudir, louer, estimer, faire parler de soi, qu'est-ce que fait cette personne, ce prédicateur ? Qu'est-ce qu'il fait ? un...
Page 346 - Il ne faut pas être fanatique du mérite chinois : la constitution de leur empire est à la vérité la meilleure qui soit au monde ; la seule qui soit toute fondée sur le pouvoir paternel ; la seule dans laquelle un gouverneur de province soit puni quand, en sortant de charge, il n'a pas eu les acclamations du peuple; la seule qui ait institué des prix pour la vertu, tandis que partout ailleurs les . lois se bornent à punir le...
Page 176 - Les voici ces nouveaux conquérants, qui viennent sans armes, excepté la croix du Sauveur. Ils viennent non pour enlever les richesses et répandre le sang des vaincus, mais pour offrir leur propre sang et communiquer le trésor céleste.
Page 228 - Dieu a choisi ce qu'il ya d'insensé selon le monde, » pour confondre ce qu'il ya de fort. Il. a choisi ce » qu'il ya de vil et de méprisable selon le monde, » et qui n'est rien , pour détruire ce qui est grand ,
Page 298 - L'empereur sème cinq sortes de grains, qui sont censés les plus nécessaires à la Chine, et sous lesquels sont compris tous' les autres; le froment, le riz, le millet, la fève, et une autre espèce de mil qu'on appelle cacleang. « Ce furent là les préparatifs : le vingt-quatrième jour de la.

Bibliographic information