Annales de la propagation de la foi, Volumes 11-12

Front Cover
1839
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 231 - ... longues lances armées d'un pied de fer, je ne songeai pas qu'il eût été préférable de me laisser percer sur la place, ce qui eût évité toutes les misères qui découlent des circonstances présentes; je sortis avant que le fer m'eût atteint, et me livrai à eux. Me voilà donc pris ! « On coupa une liane dans le buisson, et pendant qu'on m'attachait les bras derrière le dos, je m'offris à Jésus garrotté. « Conduit devant les mandarins, je me mis à genoux, et rendis mes hommages...
Page 338 - AFRIQUE. Nous abordons des plages maudites : après quatre mille ans, il semble que l'anathème du patriarche y pèse encore, et l'héritage de Cham n'a pas cessé d'être une terre d'esclavage et d'infidélité. Cependant, la grâce qui descendit du Calvaire pour couvrir le monde d'un flot purificateur, devait aussi laver l'opprobre de l'Afrique.
Page 508 - ... qu'on sache que ce refus les >< constitue en état de rébellion : qu'on prenne donc, sans » autre forme de procès, une hache, un sabre ou un coutelas, » tout ce qui se trouve sous la main, pour exterminer ces » aveugles et ces endurcis, sans qu'il en échappe un seul » A cette nouvelle, continuent les missionnaires, la conster» nation fut grande parmi les chrétiens.
Page 523 - Mî , agée de onze ans , s'échappa un jour furtivement de la maison paternelle, pour aller voir le saint confesseur dans sa prison. Elle fit toute seule une demi-journée de chemin, traversa sans crainte les soldats et les gardes , et pénétra jusqu'à son père, qu'elle encouragea à mou* rir , plutôt que de fouler la croix aux pieds. Un de ses petits garçons , nommé Thang-Tuong , à peine âgé de neuf ans , lui fit dire aussi par ceux qui allaient le voir , de ne point abandonner la Religion,...
Page 390 - ... tous à la chapelle , où nous fîmes une courte prière. Puis ils me demandèrent la permission d'aller faire la même politesse aux chefs , ce que je leur accordai sans peine , vous devez le penser. Oh! je les aime tendrement ! Si vous voyiez, quand j'entre dans une cabane, les petits enfants qui m'entourent et montent sur mes genoux ; les père et mère et les...
Page 63 - Elles exécutent des travaux dont nous sommes tout étonnés. J'ai menacé un de ces jours le père fondateur, comme nous l'appelons en plaisantant, de l'interdire lui et son couvent , s'il ne modérait l'ardeur et l'activité de leur zèle. Elles s'appellent du nom de sœurs, et ne font rien sans demander la permission à celle qu'elles ont choisie pour supérieure : celle-ci mérite assurément de diriger les autres, par sa piété et sa douceur angélique.
Page 183 - 7 Maintenant donc, ô Seigneur, mon Dieu ! vous m'avez fait régner, moi qui suis votre serviteur, en la place de David, mon père ; mais je ne suis encore qu'un jeune enfant qui ne sait de quelle manière il doit se conduire. 8 Et...
Page 154 - Syncapour est une ville toute récente : en 1820 , rendez-vous obscur ds quelques pirates, elle compte aujourd'hui 30,800 habitants , dont tout au plus 200 Européens ; le reste est composé d'Indiens , d'Arméniens , de Juifs , d'Arabes , de Javanais , de Malais , de Chinois , etc. : ces deux dernières classes forment plus de la moitié de la population. Syncapour est plutôt une ville d'entrepôt que de commerce ; il S'Y fait peu de grandes affaires ; et, depuis la suppression du privilège exclusif...
Page 390 - Quand on les visite le soir dans leurs cabanes, on les trouve la télé penchée sur le feu, chantant des cantiques ou récitant le catéchisme à la lueur de leur brasier. Leur zèle est surprenant ; j'ai dans ce moment-ci des chrétiens de trois semaines qui ont appris prières , catéchisme et cantiques, dans un espace de temps inconcevablement court. Je commence à parler un peu leur langue , à découvrir quelque chose de ce qu'ils me disent. S'il me fallait vous donner tous les détails qui...
Page 278 - Quelques années après , la nation des télés plates envoya encore à Saint-Louis un Iroquois. Il s'y présenta avec deux de ses enfants , qui furent instruits et baptisés par les Pères du collège. Il demanda des Missionnaires pour ses compatriotes , et partit avec l'espérance qu'un jour le désir de cette nation serait enfin satisfait ; mais , dans le voyage , il fut tué par des sauvages infidèles de la nation des Sioux. « Enfin une troisième dépntation est arrivée à Saint-Louis, après...

Bibliographic information