Denkwürdiger und nützlicher rheinischer antiquarius: welcher die wichtigsten und angenehmsten geographischen, historischen und politischen merkwürdigkeiten des ganzen Rheinstroms, von seinem ausflusse in das meer bis zu seinem ursprunge darstellt, Part 2, Volume 7

Front Cover
R.F. Hergt, 1858
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Popular passages

Page 561 - ... sur la rive droite de la Meuse , sur les hauteurs de Vau , un camp qui aurait exigé quarante mille hommes. Le corps d'armée, composé de dix-sept mille hommes , était campé à trois lieues en arrière sur les hauteurs qui dominent Sedan. Ce camp ne vaut rien. La consternation était générale. Les soldats regardaient tous les officiers comme des traîtres , et prenaient ce prétexte pour ne conserver ni discipline ni obéissance. Les officiers craignaient les soldats , et n'osaient rien...
Page 315 - Mansfeld , mon grand-oncle, qui, dans la révolte de Bohême, étoit venu avec mille chevaux, qu'il avoit précédemment eus au service de M. de Savoie qui les avoit licenciés, s'en vint au service du palatin qui s'étoit fait couronner roi, qui le mit dans Pilsen , ville de Bohême , où il ramassa les reliques de la bataille de Prague, et, en ayant fait un assez grand corps, s'étoit venu saisir de Haguenau, ville impériale sur le Rhin , où il amassa une armée contre laquelle le duc de Bavière...
Page 562 - J'ai été obligé d'abandonner le camp de Grand-Pré. La retraite était faite, lorsqu'une terreur panique s'est mise dans l'armée; dix mille hommes ont fui devant quinze cents hussards prussiens. La perte ne monte pas à plus de cinquante hommes et quelques bagages. TOUT EST RÉPARÉ, ET JE RÉPONDS DE TOUT...
Page 316 - Beaumarchais les trouveroit sur son crédit et sur celui de ses amis ; mais que ses épaules n'étoient pas assez fortes pour soutenir le faix entier de la dépense de l'année de son exercice , et qu'il le supplioit à mains jointes de l'en décharger; ce qu'il ne feroit s'il y pouvoit voir quelque subsistance, et que ce lui eût été un signalé profil ; mais qu'il y voyoit son assurée ruine.
Page 315 - ... de devant Montauban, il commanda que de ces gens déjà levés on lui envoyât dix mille hommes de pied et huit cents chevaux, pour renouveler son armée ou pour aller en Italie, en cas que le traité de Madrid ne s'effectuât. Et M. le chancelier, qui avoit la superintendance des affaires à Paris, en fit donner la charge à M.
Page 722 - ... incertaine (2). Les Doria cependant appelèrent à leur aide les exilés du parti guelfe ; les Grimaldi et les Fieschi se joignirent à eux , et ils forcèrent enfin les Spinola à sortir de la ville. Mais les vainqueurs , qui vouloient poursuivre les Spinola dans leurs châteaux-forts , furent obligés, avant tout, de récompenser les alliés qu'ils avoient appelés à leur aide ; ils partagèrent le gouvernement de l'Etat avec les Guelfes , et bientôt ils purent reconnoître qu'ils étoient...
Page 600 - J'admirais, et je n'étais pas le seul, cette espèce de prostitution du Roi, si avare de ses paroles, à un homme de l'espèce de Bernard. Je ne fus pas longtemps à en apprendre la cause et j'admirai alors où les plus grands rois se trouvent quelquefois réduits.
Page 600 - ... avec des égards et des distinctions fort grandes. Le roi dit à Desmarets qu'il était bien aise de le voir avec M. Bernard, puis, tout de suite, dit à ce dernier : « Vous êtes bien homme à n'avoir jamais vu Marly, venez le voir à ma promenade, je vous rendrai après à Desmarets.
Page 318 - Il me dit qu'oui, et dans trois jours si je voulois. Alors je lui dis, sans nommer personne, que l'on faisoit bien entendre le contraire au Roi, et qu'il étoit nécessaire qu'il l'en éclaircît; ce qu'il m'assura qu'il feroit, et me remercia de l'avis que je lui en donnois. Je dis ensuite au Roi ce que Schomberg m'avoit dit, qui fut fort réjoui, et me commanda d'avérer si cela étoit, et qu'en ce cas il ne le changeroit point, et qu'il le tenoit bon homme et point larron ; ce sont ses mots. Schomberg...
Page 316 - La Vieuville le fomentoit; M. de Puisieux parloit ambigument; moi seul je dis alors au Roi : « Sire, vous n'oyez qu'une partie. Peut-être M. de Schomberg fera-t-il voir que vos affaires ne sont pas en l'état que l'on vous dit. Nul n'en sait le fond que celui qui les manie.

Bibliographic information