Revue de Bretagne, de Vendée & d'Anjou, Part 1

Front Cover
Arthur La Broderie, Émile Grimaud
J. Forest, aîné, 1891 - Brittany (France)
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 430 - C'est que je n'ai dans ma vie rien qui puisse me la faire baisser. Le préfet confus s'excusa, et reconduisit Leperdit jusqu'à la porte. Mais la liberté, que celui-ci avait adorée comme sa sainte, et à laquelle il avait tout sacrifié, était perdue pour long-temps, sinon pour toujours. Aussi sa vieillesse fut-elle triste, désenchantée. Que de fois je l'ai vu assis sous les tilleuls de la Place aux Arbres, les yeux tournés vers ce grand...
Page 369 - Qu'il soit dans ton repos, qu'il soit dans tes orages, Beau lac, et dans l'aspect de tes riants coteaux, Et dans ces noirs sapins, et dans ces rocs sauvages Qui pendent sur tes eaux!
Page 369 - Un soir, t'en souvient-il? nous voguions en silence; On n'entendait au loin, sur l'onde et sous les cieux, Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence Tes flots harmonieux.
Page 129 - ... siècle, la guerre de Blois et de Montfort ; — et surtout notre dernière souveraine, Anne de Bretagne, qui durant son règne breton, donna au monde un spectacle unique vraiment admirable : une fille, une enfant de douze à quinze ans, sans parents, sans amis, sans trésor, sans armée, presque sans villes, et seule, abandonnée, trouvant dans son cœur, dans la fierté virile de son âme, dans le sentiment héroïque de son patriotisme et de sa dignité, la force de maintenir pendant trois...
Page 425 - M'apportes-tu la liste? demanda celui-ci dès qu'il l'aperçut. — Non. — Pourquoi ? — Parce que je ne veux pas qu'on la fasse. Le conventionnel se leva comme un lion blessé. — Qui donc de toi ou de moi commande ici? s'écria-t-il.
Page 435 - ... du corps des gens de condition honnête pour prévenir les abus qui pourraient se glisser dans ces sortes d'élections, les Etudiants ont arrêté qu'à l'avenir tous les étudiants qui aspireraient aux charges de Prévôt et de Greffier, auparavant d'être reçus à y prétendre, seront tenus de représenter leurs extraits baptistaires en due forme, même légalisés, dans laquelle légalisation le juge fera mention de la qualité, état et profession des pères des aspirants...
Page 307 - La prière a rendu pure son âme forte; D'un morceau de pain noir il a fait son repas; De l'antique logis ouvrant l'étroite porte, A présent vers l'étable il dirige ses pas. Les grands bœufs, à genoux au milieu de la crèche, Mêlaient aux bruits de l'air leur long mugissement; Il pose devant eux l'herbe tendre & l'eau fraîche.
Page 428 - Jésus-Christ, et je ne puis changer ces pierres en pains. Quant à mon sang, que vous voyez couler, plût au ciel que je pusse vous en nourrir, je vous le donnerais avec joie jusqu'à la dernière goutte. A ces mots d'une sublime miséricorde, tous les yeux se baissent : il y a dans la foule comme un mouvement d'embarras Leperdit en profite et justifie la commune en rappelant tout ce qu'elle a fait, tout ce qu'elle fait encore pour ramener l'abondance. Il parle longtemps avec calme, d'une voix douce,...
Page 428 - Toinel et quelques misérables apostcs par lui recommencent leurs cris. La fureur se rallume; le tumulte augmente, et les pierres commencent à voler. Leperdit , atteint au front , chancelle. A la vue de son sang qui coule , le peuple s'arrête épouvanté de ce qu'il vient de faire : il ya un instant de silence. — Mes amis, dit...
Page 427 - L'officier qui commande dans l'intérieur de l'hôtel de ville déclare alors qu'il défendra le maire au péril de ses jours, et ordonne à ses soldats de charger leurs armes. — Que fais-tu, citoyen? s'écrie Leperdit; j'ai fait serment de mourir pour le peuple, et non de le faire mourir pour moi. Reste ici, je sortirai seul. On ne tue pas si vite que tu le crois un honnête homme. D'ailleurs, ne vois-tu pas que je suis armé? j'ai mon écharpe.

Bibliographic information