Collection des mémoires relatifs à la Revolution française, Band 19

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 166 - Obtenez de madame la marquise de me faire donner ce rôle, et le commandement est à vous. » Je ne promis rien, mais je racontai l'histoire à Madame qui me promit de s'en charger. La chose fut faite, j'obtins mon commandement, et M. de V**** remercia Madame comme si elle l'eût fait faire duc. Le roi...
Seite 81 - ... domestique , de ce qui était arrivé. Je dis seulement à la fille de garderobe de tout remettre en état , et elle crut que madame avait été malade. Le roi , le lendemain , remit secrètement à Quesnay un petit billet pour madame , où il disait : Ma chère amie doit avoir eu grand'peur; mais qu'elle se tranquillise: je me porte bien , et le docteur vous le certifiera. Le roi , depuis ce moment, s'habitua à moi ; et, touché de l'attachement que je lui avais témoigné , il me faisait souvent...
Seite 196 - XIV a aimé les vers, protégé les poètes ; cela était peut-être bon dans son temps , parce qu'il faut commencer par quelque chose ; mais ce siècle-ci sera bien plus grand ; et il faut convenir que Louis XV envoyant au Mexique et au Pérou des astronomes pour mesurer la terre présente quelque chose de plus imposant que d'ordonner des opéras.
Seite 90 - Ma chère amie, dit madame à madame de Brancas, je suis troublée de la crainte de perdre le cœur du roi , en cessant de lui être agréable. Les hommes mettent, comme vous pouvez le savoir, beaucoup de prix à certaines choses ; et j'ai le malheur d'être d'un tempérament très-froid. J'ai imaginé de prendre un régime un peu échauffant, pour réparer ce défaut; et depuis deux jours cet élixir, dit elle , me fait assez de bien , ou du moins j'ai cru m'en apercevoir.
Seite 102 - ... se rendre auprès de vous. Mais nous ne parlons pas du parrain et de la marraine ; vous les annoncerez comme devant arriver, et, un moment après, vous aurez l'air de recevoir une lettre qui vous apprendra qu'ils ne peuvent venir. Alors vous ferez semblant d'être embarrassée, et Guimard dira : Il n'ya qu'à prendre les premiers venus...
Seite 136 - Il y avait des atlroupemens, et Madame craignait le sort de madame de Châteauroux. Ses amis venaient à chaque instant lui donner des nouvelles. Son appartement était au reste comme une église où tout le monde croyait avoir le droit d'entrer. On venait voir la mine qu'elle faisait, sous prétexte d'intérêt...
Seite 113 - ... sonne , et sa fortune est faite. Celle dont on parle aura toute « la superbe que peut donner une grande naissance. Il faudra « lui donner un million par an, parce qu'elle est, à ce qu'on dit, « très-dépensière, et faire ducs, gouverneurs de province, ma« réchaux, ses parents , qui finiront par environner le roi et « faire trembler ses ministres.
Seite 140 - C'est un loup qui fait rêver le mouton. Je sortis. Le maître entra peu de temps après , et j'entendis que Madame sanglotait. M. l'abbé entra chez moi et me dit d'apporter des gouttes d'Hoffman. Le roi arrangea lui-même la potion avec du sucre, et la lui présenta de l'air le plus gracieux. Elle finit par sourire et baisa les mains du roi. Je sortis , et le surlendemain j'appris l'exil de M.
Seite 111 - Coislin ; je me suis trouvée ce soir au jeu à une table de brelan avec elle, et vous ne pouvez vous imaginer ce que j'ai souffert. Les hommes et les femmes semblaient se relayer pour nous examiner. Madame de...
Seite 141 - C'est ce que tout le monde disait dans le moment. Bien des gens parlent de la lettre du comte d'Argenson à madame d'Esparbès; la voici, suivant la version la plus exacte : « L'indécis est enfin décidé. Le garde des sceaux est renvoyé. « Vous allez revenir, ma chère comtesse , et nous serons les

Bibliografische Informationen