Mémoires, lettres et pièces authentiques touchant la vie et la mort de S.A.S. Monseigneur Louis-Antoine-Henri de Bourbon Condé, duc d'Enghien

Front Cover
Audin, 1823 - Princes - 296 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 219 - Le ci-devant duc d'Enghien, prévenu d'avoir porté les armes contre la République, d'avoir été et d'être encore à la solde de l'Angleterre, de faire partie des complots tramés par cette dernière puissance contre la sûreté intérieure et extérieure de la République, sera traduit à une commission militaire, composée de sept membres, nommés par le général gouverneur de Paris , et qui se réunira à Vincennes.
Page 128 - Bonaparte avec ceux qui l'ont précédé ; j'estime sa valeur , ses talens militaires ; je lui sais gré de plusieurs actes d'administration , car le bien qu'on fera à mon peuple me sera toujours cher. Mais il se trompe , s'il croit m'engager à transiger...
Page 234 - D'avoir offert ses services au gouvernement anglais, ennemi du peuple français; 3° D'avoir reçu et accrédité près de lui des agents dudit gouvernement anglais, de leur avoir procuré les moyens de pratiquer des intelligences en France, et d'avoir conspiré avec eux contre la sûreté intérieure et extérieure de l'État; 4°...
Page 129 - J'ignore quels sont les desseins de Dieu sur ma race et sur moi ; mais je connais les obligations qu'il m'a imposées par le rang où il lui a plu de me faire naître. Chrétien, je remplirai ces obligations jusqu'à mon dernier soupir...
Page 225 - Je fais avec instance la demande d'avoir une « audience particulière du Premier Consul. Mon « nom, mon rang, ma façon de penser et l'horreur « de ma situation me font espérer qu'il ne se
Page 131 - La lettre du b mars, dont Votre Majesté a daigné m'honorer, m'est « exactement parvenue. Votre Majesté connaît trop bien le sang qui « coule dans mes veines pour avoir pu conserver un instant de doute sur « le sens de la réponse qu'elle me demande.
Page 208 - La suppression du roi, de toutes les fonctions qui lui avaient été réservées par cette même constitution, qu'on a si longtemps prônée comme le vœu de la nation entière, a été le dernier crime de l'assemblée nationale, qui a attiré sur la France les deux terribles fléaux de la guerre et de l'anarchie. Il ne reste plus qu'un pas à faire pour les perpétuer; et l'esprit de vertige, funeste avant-coureur de la chute des empires, vient d'y précipiter ceux qui se qualifient du titre d'envoyés...
Page 131 - Et que si l'injuste emploi d'une force majeure parvenait (ce qu'à Dieu ne plaise) à placer de fait, et jamais de droit, sur le trône de France, tout autre que notre Roi légitime, nous suivrions avec autant de confiance que de fidélité la voix de l'honneur, qui nous prescrit d'en appeler jusqu'à notre dernier soupir à Dieu, aux Français et à notre épée.
Page 69 - Nous venons donc nous rallier au drapeau • blanc, près du héros qui vous commande et » que nous chérissons tous. Nous nous livrons »avec confiance à l'espoir que notre arrivée » sera pour vous un nouveau titre aux géné»reux secours que vous avez déjà reçus de » leurs majestés impériale et britannique. »Notre présence contribuera sans doute, » autant que votre valeur , à hâter la fin des »malheurs de In France, en montrant à nos » sujets égarés , encore armés contre nous...
Page 235 - ... quelques observations à faire ; sur leur réponse négative, et avant d'aller aux opinions, il a ordonné à l'accusé de se retirer. L'accusé a été reconduit à la prison par son escorte, et le rapporteur, le greffier, ainsi que les citoyens assistants dans l'auditoire, se sont retirés sur l'invitation du président. La commission délibérant à huis...

Bibliographic information