Histoire physique, civile et morale des environs de Paris, depuis les premiers temps historiques jusqu's nos jours ...: enrichie d'une belle carte des environs de Paris, et de beaucoup de gravures representant les principaux edifices ...

Front Cover
Guillaume, 1825 - Paris (France)
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 129 - Et si quelque orateur, payé par l'étranger, parlait de me mettre hors la loi , qu'il prenne garde de porter cet arrêt contre lui-même ! S'il parlait de me mettre hors la loi, j'en appellerais à vous mes braves compagnons d'armes , à vous , braves soldats que j'ai tant de fois menés à la victoire ; à vous, braves défenseurs de la République avec lesquels j'ai partagé tant de périls pour affermir la liberté et l'égalité : je m'en remettrais , mes braves amis , au courage de vous tous...
Page 253 - Allez dire à votre maître que nous sommes ici par la volonté du peuple et que nous n'en sortirons que par la force des baïonnettes.
Page 125 - ... rendu aux ordres que vous m'avez donnés ; je n'aurais pas eu besoin de recevoir cette autorité du Sénat. Plus d'une fois , et dans des circonstances extrêmement favorables, j'ai été appelé à la prendre. Après nos triomphes en Italie, j'y ai été appelé par le vœu de la nation ; j'y ai été appelé par le vœu de mes camarades...
Page 257 - Nous ne pouvons pas tourner nos armes contre des femmes qui demandent du pain. Le Comité des subsistances malverse ou est incapable d'administrer son département; dans les deux cas, il faut le changer. Le peuple est malheureux, la source du mal est à Versailles. Il faut aller chercher le Roi et l'amener à Paris; il faut exterminer le régiment de Flandre et les gardes-du-corps, qui ont osé fouler aux pieds la cocarde nationale.
Page 124 - J'étais tranquille à Paris lorsque je reçus le décret du conseil des anciens, qui me parla de ses dangers, de ceux de la République. A l'instant j'appelai , je retrouvai mes frères d'armes , et nous vînmes vous donner notre appui ; nous vînmes vous offrir les bras de la nation, parce que vous en étiez la tête.
Page 20 - L'autre moitié resta dans les plaines de Mars. Il dispersa partout ses membres et sa gloire. Tout abattu qu'il fut, il demeura vainqueur. Son sang fut en cent lieux le prix de sa victoire Et Mars ne lui laissa rien d'entier que le cœur.
Page 224 - plus fortement est de n'oublier jamais les obliga« tions que vous avez à Dieu... Souvenez-vous que « vous lui devez tout ce que vous êtes « Tâchez de conserver la paix avec vos voisins. « J'ai trop aimé la guerre : ne m'imitez pas en cela, « non plus que dans les trop grandes dépenses que
Page 255 - ... j'ai donné ordre aux troupes de s'éloigner de Paris et de Versailles. Je vous autorise et vous invite même à faire connaître mes dispositions à la capitale.
Page 123 - Qu'avez-vous fait de cette France que je vous ai laissée si « brillante? Je vous ai laissé la paix, j'ai retrouvé la guerre; « je vous ai laissé des victoires , j'ai retrouvé des revers; je vous « ai laissé les millions de l'Italie, et j'ai trouvé partout des lois « spoliatrices et de la misère.
Page 195 - ... quatorzième, outre une infinité de gens nécessaires à la danse et à la comédie, et d'artisans de toutes sortes venus de Paris ; si bien que cela paraissait une petite armée.

Bibliographic information