Annales maritimes et coloniales, Volume 2, Part 3

Front Cover
Imprimerie Royale, 1847 - France
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 274 - Ainsi.entre l'eau salée qui cherche à faire irruption et l'eau de ces marais qui se présente avec une densité au moins égale (chargée qu'elle est de matières étrangères) et qui veut faire éruption, il existe, dans une zone plus ou moins grande, suivant la saison, un combat où, en raison des nombreuses sinuosités de la rivière et des motifs déjà énoncés, aucun des deux éléments ne remporte une victoire décisive, et qui n'entraîne que des déplacements locaux sans influence marquée...
Page 274 - Pigeard , l'existence de l'eau douce avec une absence complète de courant propre et une régularité de marées presque aussi grande que sur les bords de la mer ? Ce qui est infiniment probable, c'est que ces marigots vont, pour la plupart, rejoindre à l'intérieur du pays des marais d'eau douce qui n'assèchent jamais et qui les alimentent , en se maintenant toujours de niveau avec eux , mais sans avoir la force de porter leurs eaux jusqu'à la mer.
Page 281 - Pigeard dit qu'il a vu au Gabon tous les éléments d'un établissement utile, sous les trois points de vue qui doivent particulièrement intéresser une grande nation , savoir : commerce, politique et civilisation; soit que, le gardant tel qu'il est, on veuille seulement en tirer tout ce qu'il peut rendre de produits actuels; soit qu'entreprenant...
Page 457 - Uata, qu'elle était vivement sensible aux paroles toutes bienveillantes que M. le gouverneur venait de lui faire entendre : ' que désormais sa résolution serait inaltérable et qu'elle se joindrait à lui en toutes choses pour le bien du gouvernement, et qu'elle était d'ailleurs bien décidée à' ne pas écouter de paroles mensongères.
Page 274 - L'examen des localités qui avoisinent les deux bassins du Gabon , montre tout d'abord une série de terrains d'alluvion formés successivement par les sédiments du courant sur un sol calcaire ou ferrugineux qui constitue la base générale du pays, de petits tertres argileux aux premiers plans, et quelques montagnes de hauteur moyenne aux derniers. Dans les intervalles de ces accidents de terrains on rencontre , à chaque pas, de larges flaques d'eau saumâtre sans courant déterminé, que la mer...
Page 456 - ... la prospérité de ce gouvernement , M. le gouverneur lui a dit que désormais il compterait sur son concours comme elle pouvait de son côté compter sur la protection du roi des Français pour la soutenir dans tous ses droits.
Page 281 - ... des travaux utiles, on veuille chercher à ajouter à ses richesses naturelles celles que donnerait infailliblement un sol vierge et favorable. Le travail des naturels, cette condition...
Page 259 - ... que baignent le Gabon et ses affluents. « Les quelques chefs, sans importance « d'ailleurs , qui ne souscrivirent pas « alors à ce traité , y accédèrent plus « tard , dans une série de traités parti
Page 276 - En effet , à mesure que les peuples chasseurs du haut pays connaissent les blancs et s'habituent à leurs produits , ils" s'ingénient à se les procurer le plus aisément possible , et trouvent naturellement, comme les M'Pongos, le courtage moins pénible et moins dangereuxque la chasse.
Page 259 - Gabon était, alors comme aujourd'hui, occupé par plusieurs peuples divisés de langage et d'intérêts, et notre possession n'était ratifiée que par les M'Pongos, qui sont les moins nombreux et les moins puissants de ces peuples. Cette considération, qui impliquait l'idée de possibilité d'établissement auprès de nous d'une autre nation européenne, détermina le gouverneur du Sénégal à passer, en avril 1844, avec...

Bibliographic information