Répertoire général du Théâtre Français: composé des tragédies, comédies et drames des auteurs du premier et du second ordre, restés au Théâtre Français; avec une table générale ...

Front Cover
Mme veuve Dabo, 1823 - French drama
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 138 - Ah! que me demandez-vous? Faut-il que je redise un million de fois la même chose' Non, je ne le puis. Je suis piqué aussi de mon côté.
Page 130 - Une fille aimeroitpassionnément, qu'une bienséance mal entendue lui prescrit de se taire ; aussi, quand on est instruit du bel usage, on lui épargne la peine de se déclarer. Vos yeux ont trop su me parler pour que je demeurasse dans l'inaction; et, si vous voulez m'ouvrir votre cœur, vous conviendrez que vous m'en savez quelque gré. JULIE. En vérité, monsieur, un pareil discours me semble bien extraordinaire.
Page 215 - Es-tu bien sûr que mon billet lui ait été rendu, et que je puisse paroître sans nul inconvénient ? CRISPIN. Oui, monsieur. Un domestique, que j,'ai mis dans vos intérêts , m'a assuré que le billet seroit rendu à mademoiselle Cléonte elle-même; et qu'en entrant par cette porte de derrière...
Page 163 - Je suis si vieux, j'ai si long-temps Près du beau sexe fait tapage , Que je me croyois hors des rangs ; Mais , plus entreprenant qu'un page , Dans le moment , il m'a suffi D'entendre parler mariage : Mon cœur acceptoit le défi.
Page 185 - La suite? Il ya eu un grand bruit, on a couru aux armes; (en riant : ) nous devions nous égorger cent fois pour une ; mais je ne sais par quel enchantement tout a été pacifié, et nous nous sommes retrouvés tous le verre à la main. Voilà qui est admirable, cela, par exemple? LE MARQUIS. Et tu penses qu'il n'aura point de ressentiment de ce procédé?
Page 116 - ... en âge. ARISTE. Cela est encore vrai, et je m'y détermine d'autant mieux que je compte faire un bon présent à quiconque l'épousera; car elle a des sentiments dignes de sa naissance : elle est douce , modeste , attentive; en un mot, je ne vois rien de plus aimable ni de plus sage.
Page 167 - CHEVALIER. LES mesures que j'ai prises, madame, ont si bien tourné , et le hasard m'a si bien servi , qu'assurément le marquis verra ici des originaux de toutes les espèces; et s'il est vrai que pour bien sentir le ridicule de nos défauts , il soit nécessaire de les considérer dans les autres , je vous réponds qu'il pourra prendre aujourd'hui une leçon des plus complètes. LA MARQUISE. Il faut, chevalier, être aussi complaisant que vous l'êtes, pour...
Page 136 - Entre nous, tu as un air libertin qui ne me persuaderait point, si j'étais fille. LE MARQUIS : Que voulez-vous, mon oncle, je ne me referai point. On a des façons aisées, on a du brillant : tout cela est naturel. Mais quant à Julie, je la demande en mariage; n'est-ce pas assez lui prouver que je l'aime ? Il faut qu'un joli homme soit furieusement épris pour former une pareille résolution.
Page 142 - Si vous me conseillez de ne consuîter que mon cœur,, je suivrai votre avis. Je suis pour la dernière fois résolue de découvrir mes véritables sentiments ; mais comme il en coûte toujours infiniment à les déclarer, je cherche quelque innocent stratagème, et je pense qu'une lettre m'épargnerait une partie de ma honte.
Page 194 - LE CHEVALIER. Je vous entends ; mais vous conviendrez que d'un côté l'objet est bien plus grand que de l'autre, et qu'il ya quelque chose de plus généreux à venger sa patrie par devoir, qu'à venger une injure personnelle par ressentiment. M. DE BRETANVILLE , faisant comme s'il poussait une botte.

Bibliographic information