L'Odyssée Polonaise, précédée d'une lettre à M. Proudhon

Front Cover
Dentu, 1862 - Poland - 176 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 115 - C'est pourquoi, entre toutes les questions qui doivent être traitées au congrès, le roi eût regardé comme la première, la plus grande, la plus éminemment européenne, et comme hors de comparaison avec toute autre, la question polonaise, s'il eût été possible d'espérer, autant qu'il le désire, qu'un peuple si digne d'inspirer de l'intérêt à tous les autres, par son ancienneté, sa bravoure, les services qu'il...
Page 7 - Ces mœurs naïves et pures, ce mélange d'études graves et de gaieté innocente, ces devoirs pieux et domestiques, cette princesse qui, aussi simple que la fille...
Page 73 - Les hautes parties contractantes s'engagent à veillera ce que les dénominations de Pologne et de Polonais ne s'appliquent jamais à aucune des parties qui ont précédemment constitué ce royaume...
Page 16 - ... entreprise , ils avaient besoin d'une extrême circonspection ; que la seule idée d'un changement serait regardée comme un crime par la plus grande partie de la nation , et que les puissances voisines saisiraient , pour accélérer la perte de la république , l'occasion même des réformes qu'ils voudraient y tenter.
Page 106 - ... moment où leurs intentions les plus droites , leurs sacrifices les plus héroïques, leurs pertes les plus sensibles ne seront suivis que par des malheurs plus grands encore; ce n'est pas...
Page 49 - Braves Polonais! vous n'avez pu arracher votre patrie à l'asservissement, mais vous avez juré de défendre la liberté partout où elle portera ses étendards ! C'est avec un courage digne d'elle que vous avez combattu le 6 germinal. Le Directoire, à qui le général en chef de l'armée d'Italie en a rendu compte, vous en témoigne toute sa satisfaction.
Page 105 - ... votre magnanimité même ne puisse arrêter le cours désastreux, vont porter à l'extrême l'animosité invétérée entre deux nations qui auraient dû se regarder comme sœurs. — Une guerre sanglante consolidera l'existence de ma patrie, ou bien la couvrira de deuil, en fera un désert, comblera ses malheurs. — Quel que soit le sort qui lui est réservé, je dois le partager. — Déjà ma famille, mes amis, ayant mon père à leur tête, ont suivi l'appel qui leur a été fait en son...
Page 114 - Je donnai, par ma faiblesse, du mécontentement, et surtout de la défiance aux Polonais, car ils virent que je les sacrifiais à mes convenances. Je sentis ma faute, et j'en eus honte. Je ne voulus plus aller à Varsovie; je n'y avais plus rien à faire pour le moment. Je n'avais plus d'autre parti à prendre que celui de confier aux victoires à venir le sort de cette Nation. Je savais que la témérité réussit souvent...
Page 50 - Vous n'avez pu arracher votre patrie à l'asservissement, mais vous avez juré de défendre la liberté partout où elle portera ses étendards! C'est avec un courage digne d'elle que vous avez combattu le 6 germinal. Le Directoire exécutif, à qui le général en chef de l'armée d'Italie en a rendu compte, vous en témoigne sa satisfaction.
Page 117 - attentat dont les conséquences morales n'avaient cessé de » peser sur l'Europe, et dont l'homme et la justice demandaient

Bibliographic information