Le président de Brosses en Italie: lettres familières écrites d'Italie en 1739 et 1740, Volume 2

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 261 - Il me paraît plein de gravité, d'énergie et d'images fortes, mais profondément tristes ; aussi je n'en lis guère, car il me rend l'âme toute sombre. Cependant je sens que je commence à le goûter, et je l'admire comme un rare génie, surtout pour le temps où il a vécu (sur la fin du xni...
Page 6 - Rome, elle est, quant au matériel, non-seulement la plus belle ville du monde, mais hors de comparaison avec toute autre, même avec Paris, qui d'autre côté l'emporte infiniment pour tout ce qui se remue. Les souverains qui, depuis Sixte V, ont fait des choses immenses pour l'embellissement de la ville, n'ont rien fait pour la culture de la campagne, où l'on n'aperçoit, à la lettre, ni une seule maison ni un seul arbrisseau . Le gouvernement est aussi mauvais qu'ilsoit possible de s'en figurer...
Page 11 - Tint également pour point de vue. Ce qu'on entend admirablement ici, c'est la manière de disposer les points de vue et de ménager le coup d'œil des objets singuliers. Cet art n'est pas l'article qui contribue le moins à donner à la ville cet air de grandeur et de magnificence. On ne l'entend point du tout à Paris ; il n'ya de coup d'œil que celui des quais. La place Vendôme, la place Royale, l'admirable façade du Louvre et le portail Saint-Gervais (deux monuments égaux à ce qu'on voit...
Page 78 - Elle est dans son habit de carmélite, pâmée, tombant à la renverse, la bouche entr' ouverte, les yeux mourants et presque fermés, elle n'en peut plus ; l'ange s'approche d'elle, tenant en main un dard dont il la menace d'un air riant et un peu malin. C'est une expression merveilleuse, mais franchement beaucoup trop vive pour une église. Si c'est ici l'amour divin, je le connais ; on en voit ici-bas maintes copies d'après nature.
Page 438 - S'il sera propre au gouvernement d'un Etat, c'est ce que je ne puis vous dire, et ce qu'on ne saura que par l'événement ; jusqu'à présent il paraît avoir plus de goût pour s'amuser d'études littéraires dans son cabinet, que pour s'occuper d'affaires publiques ; pour faire des contes avec quelques amis, que pour se casser la tête de longues vues politiques. Ce sera, suivant l'apparence, un gouvernement tranquille et pacifique.
Page 386 - Aht le joli génie, simple et naturel ! On ne peut pas écrire avec plus de facilité, de grâce et de goût. Consolez-moi dans mon affliction, j'en ai grand besoin ; mon pauvre favori vient de mourir de la poitrine, à l'âge de trente-trois ans.
Page 17 - Saint-Pierre et le château Saint-Ange. Tout le reste consiste en jardins, en champs, en grands édifices, en ruines et en quelques rues peuplées par-ci par-là. On dit que la ville peut contenir en tout cent cinquante mille âmes.
Page 247 - En vérité, je crois qu'il est difficile de se trouver pour la première fois au milieu de ces augustes solitudes du Colisée et des Terme Antoniane, sans ressentir dans l'âme quelque petit saisissement, à la vue de la vieille majesté de leurs antiques masses révérées et abandonnées. Les galeries de l'enveloppe extérieure du Colisée servent encore néanmoins de refuge aux petits...
Page 161 - ... pillée. Son prédécesseur, Innocent XIII, de la maison Conti, l'une des quatre grandes de Rome (Orsini, Colonna, Conti, Savelli ; mais les Crescenzi, Altieri, Giustiniani et autres, qui ne pensent pas être moins que ces quatre, n'admettraient pas volontiers cette distinction), Innocent XIII, dis-je, était le meilleur souverain dont on entende parler aujourd'hui. Les Romains ne cessent d'en faire l'éloge et de regretter le peu de durée de son pontificat, qui ne fut que de trente mois. On...
Page 350 - ... en lazzis, en bouffonneries, en actions plaisantes. On ne peut rien de plus réjouissant, quand on n'est pas prévenu, ni de plus insipide, quand on les voit pour la seconde fois. Cette manière de jouer à l'impromptu, qui rend le style très-faible, rend en même temps l'action trèsvive et très-vraie.

Bibliographic information