Esquisses historiques des principaux événemens de la révolution française: depuis la convocation des États-généraux jusqu'au rétablissement de la maison de Bourbon, Volume 5

Front Cover
Baudouin frères, 1825 - France - 2779 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 290 - Tout ce qui peut contribuer au bien de la Patrie est essentiellement lié à mon bonheur. J'accepte le titre que vous croyez utile à la gloire de la nation. « Je soumets à la sanction du peuple la loi de l'hérédité. » J'espère que la France ne se repentira jamais des honneurs dont elle environnera ma famille. Dans tous les cas, mon esprit ne sera plus avec ma postérité, le jour où elle cesserait de mériter l'amour et la confiance de la grande nation.
Page 231 - Vous jugez que je dois au peuple un nouveau sacrifice : je le ferai si le -vœu du peuple me commande ce que votre suffrage autorise.
Page 315 - Cette armée qui, avec autant d'ostentation que d'imprudence , était venue se placer sur nos frontières, est anéantie. Mais qu'importe à l'Angleterre? son but est rempli. Nous ne sommes plus à Boulogne, et son subside ne sera ni plus ni moins grand.
Page 108 - La République est mal gouvernée depuis deux ans. Vous avez espéré que mon retour mettrait un terme à tant de maux; vous l'avez célébré avec une union qui m'impose des obligations que je remplis : vous remplirez les vôtres , et vous seconderez votre général avec l'énergie, la fermeté et la confiance que j'ai toujours vues en vous.
Page 128 - ... particuliers qui ne pouvaient leur être plus constamment donnés que par un citoyen anciennement témoin de leurs vertus héroïques, et toujours touché de leurs besoins. « La gloire qui accompagne le retour du guerrier illustre à qui j'ai eu le bonheur d'ouvrir le chemin de la gloire, les marques éclatantes de confiance que lui donne le Corps législatif et le décret de la...
Page 335 - Saint-Cyr marche à grandes journées sur Naples , » pour punir la trahison de la reine et précipiter » du trône cette femme criminelle qui, avec tant » d'impudeur, a violé tout ce qui est sacré parmi
Page 170 - Vous ne pouvez pas faire le bonheur de » la France sans moi, et moi je ne puis rien » pour la France sans vous. Hâtez-vous donc,. » et désignez vous-même toutes les places qui
Page 177 - Comment les deux nations les plus éclairées de l'Europe, puissantes et fortes plus que ne l'exigent leur sûreté et leur indépendance, peuvent-elles sacrifier à des idées de vaine grandeur le bien du commerce, la prospérité intérieure, le bonheur des familles? Comment ne sentent-elles pas que la paix est le premier des besoins, comme la première des gloires?
Page 160 - Telle est, citoyens Directeurs, la situation dans laquelle le général Bonaparte m'a laissé l'énorme fardeau de l'armée d'Orient. Il voyait la crise fatale s'approcher : vos ordres , sans doute, ne lui ont pas permis de la surmonter.
Page 177 - La guerre qui depuis huit ans ravage les quatre parties du monde doit-elle être éternelle? N'est-il donc aucun moyen de s'entendre?

Bibliographic information