Chronique religieuse de la ville de Vienne (Dauphiné)

Front Cover
chez les principaux libraires, 1856 - Vienne (France) - 353 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 246 - ... mais dans les paroisses de la campagne, où l'air joue librement , et où il n'ya aucun danger, il ne faut rien changer à la coutume établie. Il est très à propos qu'avant d'entrer dans le temple du Seigneur , les fidèles aient sous les yeux un objet capable de leur rappeler l'idée de la brièveté de la vie , les espérances d'un avenir plus heureux, un tendre souvenir de leurs proches et de leurs amis. Que gagnerons-nous d'ailleurs , si, en retranchant des abus, nous induisons et fomentons...
Page 204 - Le peuple français reconnaît l'existence de l'Être suprême, et l'immortalité de l'âme. II. Il reconnaît que le culte digne de l'Être suprême est la pratique des devoirs de l'homme.
Page 175 - Confalon; sa chapelle et ses dépendances furent élevées à l'occident du collège et au sud des ruines de l'ancien prieuré de St-Blaise. Les statuts de cette association portent pour titre : Miroir du Pénitent blanc.
Page 15 - C'est une lettre particulière des chrétiens de Vienne et de Lyon à leurs frères d'Asie et de Phrygie, lettre conservée par hasard, qui nous en a apporté la connaissance.
Page 161 - ... découvrir et qui, très certainement, ont dû exister pour quelques-unes au moins de ces associations religieuses. Pierre Palmier, — nous le retrouverons plus loin au sujet d'un jeton frappé en son nom, — fut archevêque de Vienne de 1528 à 1554-. ° Aussi ferme que courageux, Pierre Palmier était animé d'un grand zèle religieux et sut s'opposer au vice, armé de la puissance ou autorisé par la coutume ; il tâcha de rétablir dans son diocèse la sévérité de la discipline et la...
Page 162 - Puis venaient les consuls, précédés d'une autre bannière au champ de gueules , à l'aigle éployée d'or et la légende : Urbs senatoria. Le 3 décembre 1552, Vienne adopta les armoiries de la confrérie du Corps de...
Page 31 - Victoire dans le sénat , et la suppression des priviléges et des immunités des sacrificateurs, tous ces changemens irritèrent le peuple. Maxime , général des troupes romaines dans la Bretagne , profitant de ces" dispositions , promit de relever les temples et les autels des dieux , si on lui donnait la couronneimpériale.
Page 157 - Les armes sont : d'or au chardon bénit de pourpre, feuille et tige de sinople, mouvant d'un croissant montant de gueules, et de« auires de même en chef. (Voy. l'Etat politique du Dauphiné.) le règne de François 1...
Page 161 - ... de la discipline et la régularité des mœurs que le ridicule et chimérique gouvernement de ses deux devanciers avait laissé se perdre et se corrompre. Dans ce but, en 1533, il convoqua à Vienne un concile provincial où se rendirent » les délégués des cathédrales et des collégiales de toute la province viennoise. A cette époque, un grand nombre de confréries s'établirent à Vienne, celles du Si-Sacrement et de St-Luc se consacrèrent spécialement au service des pauvres et des malades.
Page 189 - ... époque, sur le siège primatial de Vienne, un prélat d'un grand mérite et d'un grand nom, le cardinal Henri-Oswald de la Tour d'Auvergne, celuilà même qui était venu, huit ans auparavant, bénir, en sa qualité de premier aumônier du roi, le berceau de la vénérable Louise-Marie de France. « Arrivé à cet âge avancé où l'on dirait qu'à mesure que le corps se courbe vers la terre l'âme s'élève vers le ciel, le pieux pontife éprouva le besoin, avant de disparaître de la scène...

Bibliographic information