L'empire libéral: Le ministère du 2 janvier. Formation du ministère. L'affaire Victor Noir. Suite du complot Hohenzollern. 1908

Front Cover
Garnier frères, 1908 - France
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Common terms and phrases

Popular passages

Page 3 - Vous ajoutez avec raison que des concessions de principes ou des sacri« flces de personnes sont toujours inefficaces en présence des mouvements « populaires , et qu'un gouvernement qui se respecte ne doit céder ni à la » pression , ni à l'entraînement, ni à l'émeute. « Cette manière de voir est la mienne Je suis bien aise qu'elle soit par...
Page 19 - Ollivier lance l'initiative d'une demande d'interpellation « sur la nécessité de donner satisfaction aux sentiments du pays en l'associant d'une manière plus efficace à la direction de ses affaires. La constitution d'un ministère responsable, le droit pour le Corps Législatif de régler les conditions organiques de ses travaux et de ses communications avec le gouvernement seraient à nos yeux des mesures essentielles pour atteindre ce but ». Très vite le nombre des signatures passe de quarante-deux...
Page 417 - J'ai eu la faiblesse de croire qu'un Bonaparte pouvait être autre chose qu'un assassin ! J'ai osé m'imaginer qu'un duel loyal était possible dans cette famille où le meurtre et le guet-apens sont de tradition et d'usage.
Page 573 - ... respectée. Le secret des votes est sacré, et aucun fonctionnaire ne saurait être responsable du sien devant l'autorité. Mais entre l'impartialité administrative et l'indifférence pour toutes les opinions, la distance est infinie. Le gouvernement est convaincu que ses principes sont conformes à l'intérêt national; il doit donc désirer que les collèges électoraux élisent des citoyens qui partagent ses opinions et ses intentions. Il n'en fait pas mystère, et vous devez, ainsi que lui,...
Page 167 - On a essayé de réhabiliter la théorie du mandat impératif, on a répété que le député, mandataire de ses électeurs, leur restait incessamment subordonné et qu'il devait les consulter sur ses desseins et sur ses votes. » On a même ajouté qu'il était leur justiciable ; que, cité devant eux, il pouvait y être jugé et condamné. » Les députés soussignés repoussent cette prétention comme fausse et dangereuse et ne pouvant conduire, si jamais elle s'accréditait, qu'à la tyrannie...
Page 488 - Aucune signification ni exécution ne pourra être faite, depuis le 1er octobre jusqu'au 31 mars, avant six heures du matin et après six heures du soir; et depuis le 1er avril jusqu'au 30 septembre...
Page 402 - Je ne puis laisser sans réplique la lettre d'hier de Votre Majesté, Je crois fermement qu'il y aurait plus d'inconvenance à faillir au devoir sacré de reconnaître mes enfants qu'à contracter un mariage avec leur mère, d'une naissance modeste, mais d'une conduite irréprochable. Si c'est d'une mésalliance que Votre Majesté veut parler, elle serait moindre, eu égard surtout aux positions respectives, que d'autres mésalliances contractées dans la famille. Je ne saisis pas bien quels sont...
Page 189 - Considérant que le devoir des représentants de la nation est de formuler les vœux de l'opinion publique ; « Considérant qu'au premier rang parmi ces vœux se trouve l'application loyale du régime parlementaire, qui est la forme nécessaire du gouvernement du pays par le pays, sous une monarchie; « Considérant que le régime parlementaire implique une presse et des élections libres, un ministère homogène et responsable, une majorité compacte autour de principes nettement déterminés et...
Page 417 - J'ai osé m'imaginer qu'un duel loyal était possible dans cette famille où le meurtre et le guet-apens sont de tradition et d'usage. Notre collaborateur Paschal Grousset a partagé mon erreur, et aujourd'hui nous pleurons notre pauvre et cher ami Victor Noir, assassiné par le bandit Pierre-Napoléon Bonaparte. Voilà dix-huit ans que la France est entre les mains ensanglantées de ces coupe-jarrets qui, non contents de mitrailler les républicains dans les rues, les attirent dans des pièges immondes...
Page 27 - Par sa déclaration du 28 juin, mon gouvernement vous a fait connaître que, dès l'ouverture dela session ordinaire prochaine, il soumettrait à la haute appréciation des pouvoirs publics les résolutions et les projets qui lui auraient paru les plus propres à réaliser les vœux du pays. « Cependant, le Corps Législatif paraît désirer connaître immédiatement les réformes arrêtées par mon gouvernement. « Je crois utile d'aller au-devant de ses aspirations. « Ma ferme intention, le Corps...

Bibliographic information